mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Emmanuel Macron repousse sa visite en Polynésie à avril 2020

Publié le

Emmanuel Macron se rendra en Polynésie française en avril 2020, pour y organiser notamment un "One Planet Summit océanien" sur le climat, a annoncé vendredi le président de la Polynésie, Edouard Fritch, à l'issue d'une rencontre à l'Elysée.

Publié le 05/07/2019 à 4:44 - Mise à jour le 11/07/2019 à 13:24
Lecture 3 minutes

Emmanuel Macron se rendra en Polynésie française en avril 2020, pour y organiser notamment un "One Planet Summit océanien" sur le climat, a annoncé vendredi le président de la Polynésie, Edouard Fritch, à l'issue d'une rencontre à l'Elysée.

« Après les élections municipales, le président de la République se rendra en Polynésie », a expliqué Edouard Fritch devant la presse. « Le mois d’avril a été retenu », a-t-il ajouté.

Il souhaite organiser en Polynésie française un « One Planet Summit océanien », une réunion internationale sur le changement climatique qui s’adressera principalement aux petits pays du Pacifique, a précisé M. Fritch. Un deuxième volet du déplacement concernera « les problématiques de la Polynésie elle-même », a-t-il ajouté.  

Edouard Fritch et Emmanuel Macron ont montré tous les signes d’une entente cordiale. (Crédit photo : Délégation de la Polynésie française)

Emmanuel Macron a signé vendredi matin, en présence de Edouard Fritch; du président de l’assemblée de la Polynésie et des parlementaires polynésiens, la promulgation de la loi sur la réforme du statut de la Polynésie, adoptée en mai dernier, qui reconnaît le rôle joué par ce territoire dans le développement de la capacité de dissuasion nucléaire française. 

De 1966 à 1996, les atolls de Mururoa et Fangataufa ont été le théâtre de 193 essais nucléaires, qui ont eu des effets sur la santé et l’environnement des populations. Mais cette reconnaissance que la Polynésie française a été « mise à contribution » par la France dans « la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et à la défense de la Nation »-, qui avait été inscrite dans une loi organique, a été déclassée par le conseil constitutionnel, qui a estimé que cette mesure avait le caractère d’une simple loi.

Emmanuel Macron « a exprimé ses regrets de voir cette partie déclassée, mais elle est (quand même, ndlr) dans la loi », a expliqué Edouard Fritch. « Nous devons envisager ensemble, plus tard, de consolider cette reconnaissance par l’Etat du fait nucléaire », a-t-il ajouté. 

Lire aussi : Réforme du statut de la Polynésie : le Conseil constitutionnel censure plusieurs articles

Par ailleurs, plusieurs dispositions qui ont également été censurées par le Conseil constitutionnel (sur la compétence des communes en matière de crématoriums, le droit successoral applicable en Polynésie française notamment) font « l’objet d’une proposition de loi » de parlementaires de La République en marche, qui va être examinée dès la semaine prochaine en commission, a précisé Fritch.

Emmanuel Macron a également évoqué le projet de câble sous-marin reliant le Chili – Tahiti – Asie, comme un sujet géo-stratégique d’une grande importance. À cet égard, il a souhaité que le président Fritch rencontre la ministre de la Défense sur ce dossier, en septembre prochain.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Les échanges ont aussi porté sur le développement de l’aéroport de Faa’a ou encore les problèmes liés à la santé, l’éducation : « L’Etat est prêt à nous accompagner pour mettre en place la e-santé, la e-éducation » s’est réjoui le président polynésien.

« Nous avons tous été impressionnés d’être reçus à l’Elysée par le président de la République qui souhaitait s’entretenir avec les élus polynésiens, les parlementaires en particulier, sur certains sujets » a commenté Edouard Fritch à sa sortie.

Lors de cette rencontre qui a duré une heure et demi le Président de la République a affirmé d’emblée « sa confiance personnelle » avec le président Edouard  Fritch. Il a tenu à saluer son travail « pour apaiser la Polynésie ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

33 tonnes de matériels de première urgence au fenua

33 tonnes de matériels de première urgence ont été acheminés au fenua. Actuellement stockés dans un hangar de l’armée à Sainte Amélie, ces matériaux seront gérés par la Croix-Rouge, une association agréée de sécurité civile.

26e Heiva des écoles : la seconde soirée en...

En tout bien tout honneur, c’est sur l’énergie des percussionnistes petits et grands envoyant des sons rythmés de leurs instruments traditionnels de...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV