Émeutes en Nouvelle-Calédonie : pour Oscar Temaru, « le seul responsable, c’est l’État »

Publié le

Oscar Temaru a tenu une conférence de presse, ce mercredi, au cours de laquelle il est longuement revenu sur les très vives tensions qui secouent actuellement la Nouvelle-Calédonie. Le président du Tavini Huiraatira a estimé que l’État était « le seul responsable » de la situation et que l’unique issue pour celui-ci était d’accorder l’indépendance au Caillou.

Publié le 15/05/2024 à 12:33 - Mise à jour le 15/05/2024 à 12:47

Oscar Temaru a tenu une conférence de presse, ce mercredi, au cours de laquelle il est longuement revenu sur les très vives tensions qui secouent actuellement la Nouvelle-Calédonie. Le président du Tavini Huiraatira a estimé que l’État était « le seul responsable » de la situation et que l’unique issue pour celui-ci était d’accorder l’indépendance au Caillou.

« Le seul responsable, c’est l’État et la seule possibilité est que l’État décide que la Nouvelle-Calédonie accède à l’indépendance », a déclaré le leader indépendantiste.

« On a fait l’analyse des résultats des élections. Il y a eu plus de 90% du peuple kanak qui souhaite que son pays accède à l’indépendance (…) C’est ça la seule solution. Ensuite, la Nouvelle-Calédonie deviendra un État comme la France. Elle discutera d’État à État pour régler les problèmes. C’est comme pour notre pays. Il faut que notre pays soit un État souverain », a-t-il ajouté.

Pour Oscar Temaru, les accords de Matignon, puis ceux de Nouméa en 1988, ont « tout fait foirer » : « On savait très bien qu’avec ces 2 accords, la France jouait avec le temps. Et le temps joue en leur faveur. C’est ce qui se passe encore aujourd’hui (…) Hier soir, j’ai pensé à mes frères qui sont tombés -lors des évènements d’Ouvéa en 1988, Ndlr- (…) la France a joué avec ça. Elle savait très bien que dans 30 ou 40 ans, tous ces leaders (…) ne seraient plus là. C’est voulu tout ça ».

« On est contre la violence, bien sûr »

Oscar Temaru

Selon le président du Tavini, le « problème » en Nouvelle-Calédonie, « ce sont les nouveaux venus ». « Ils ont 2 pays. Il faut choisir (…) Ils ont la possibilité de retourner en France. Qu’est-ce que c’est pour la France 10 000 personnes ? C’est rien du tout. J’ai vécu les évènements d’Algérie. C’est 1,5 million de personnes qui sont revenues en France et qui n’avaient jamais vu la France de leur vie », a-t-il indiqué.

Oscar Temaru a cependant tenu à préciser qu’il ne soutenait pas « la violence qui se passe là-bas ». « On est contre la violence, bien sûr. La politique est faite pour régler les problèmes en toute intelligence. C’est un combat d’idées », a-t-il dit tout en assurant que le soutien du Tavini au FLNKS « ne variera jamais d’un iota ».

« Le peuple kanak ne peut pas accepter le dégel du corps électoral. Ce n’est pas possible. Ce serait accepter leur mort. Ils seront définitivement minoritaires chez eux (…) C’est une question de dignité et de souveraineté », a-t-il conclu.

Dernières news

Activer le son Couper le son