jeudi 13 mai 2021
A VOIR

|

Edouard Fritch présente ses vœux à la population

Publié le

"Chers compatriotes, à l'aube de cette année nouvelle, je vous dis avec toute la sincérité de mon âme : je ne vous oublie pas car vous m’avez fait confiance et vous m'avez tant donné". Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, présente ses vœux à la population.

Publié le 31/12/2019 à 9:43 - Mise à jour le 02/01/2020 à 10:22
Lecture 3 minutes

"Chers compatriotes, à l'aube de cette année nouvelle, je vous dis avec toute la sincérité de mon âme : je ne vous oublie pas car vous m’avez fait confiance et vous m'avez tant donné". Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, présente ses vœux à la population.


« Mes très chers compatriotes, une année s’achève.

La tradition à laquelle nous sommes profondément attachés, m’amène à vous adresser à chacun de vous, nos vœux de réussite et de bonheur.

Ce soir, je voudrais m’adresser à vous avec plus de simplicité, avec l’esprit d’un citoyen soucieux comme vous, de notre propre devenir.

C’est donc un message d’espérance que j’ai résolument décidé de vous transmettre ce soir.

Espérance en une vie meilleure dans l’année nouvelle qui s’ouvre devant nous.

Foi en notre jeunesse et croire en notre fenua.

Le gouvernement que j’ai l’honneur de conduire s’emploiera pour que ces objectifs soient atteints.

Je pense notamment aux personnes les plus vulnérables, aux sans-logis, à ceux et celles qui peinent encore à trouver un emploi, car avoir un emploi aujourd’hui est synonyme de dignité retrouvée.

Je pense à ceux et celles qui souffrent dans leur chair et dans leur âme, contraints parfois de se réfugier dans un semblant de douceur de vivre ou encore dans l’alcool ou dans la drogue.

À vous tous, je vous dis simplement : je ne vous oublie pas.

Il n’y a rien de plus terrible pour un être humain que celui de se sentir oublié par les siens. 

Peur d’être oublié. Oublié dans les moments où nous avons le plus besoin de soutien.

Souvenez-vous de la prière du deuxième larron crucifié au Mont Golgotha : « Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume ». Son unique prière adressée au Sauveur signifiait : ne m’oublie pas.

Chers compatriotes, à l’aube de cette année nouvelle, je vous dis avec toute la sincérité de mon âme : je ne vous oublie pas car vous m’avez fait confiance et vous m’avez tant donné.

Ayons foi en nous-mêmes, en notre capacité de surpasser nos épreuves.

Nous sommes un peuple courageux et digne. Être courageux, c’est notre capacité à rejeter la fatalité et à dominer nos peurs.

De quoi aurions-nous peur ? Nous sommes un peuple qui a traversé les océans sur nos pirogues durant des millénaires. Survivre et aller de l’avant, c’est dans notre ADN.

Être ma’ohi, être Polynésien, c’est cette faculté de croire en un avenir meilleur.

Bonne année à toutes et à tous !« 

———————————————————–

Poro’i fa’atau aroha no te Matahiti apî (2020)

« I ora mai nei tatou e hoa here mâ, i te hoê marama î, i te mau oro’a ha’amana’ora’a.

Mahana matamua no Novema, i reira to tatou àmuira’a i ni’a i te mau menema, eiaha te mau peata ia mo’ehia, eiaha ho’i to tatou tei ta’oto i to ratou ta’oto hope’a ia moehia. Ua heva te mau reva o te mau fa’aro’o rau, no te hùti àmui i te reva o te hau.

I taua na mahana ra, to te ma’ohi o te fenua, ora hopera’a i te âura’a mau o te ta’oraïta, pàpà morohi’ore no te repuperita farani.

Te rito o te raïta, o te fa’atùrara’a ïa i te raura’a o te mau fa’aro’o, mai te raura’a o te mau arata’ira’a firotofia ato’a e vai nei.

9 no Novema, fa’ahaamana’ora’a i te hi’ara’a o te pàtù fa’ata’a’ê, no te vavahi i te ora-hau o te hoê nuna’a. A 30 a’e nei matahiti, i hi’a ai te pàtù o te ha’amâ, no te ‘oire o Berlin i te fenua Heremani.

11 no NOVEMA, hoê hanere e hoê a’e nei matahiti te haura’a te tama’i rahi matamua. Eiaha ia mo’ehia te feia tei pupû ia ratou, ia ora tatou i te orara’a hau mai to teie mahana.

25 no Novema, mahana faataa hia e te Hau Amui, aroraa i te ohipa ino i nia i te vahine, haamanaoraa no hea mai tatou.

25 no Novema, ha’amana’ora’ai te ti’ara’a mànà o te tàmà,o te ti’a ia pàrùrù maitehia.

Mai ta’u i parau atu na i te ‘omuara’a, e marama ‘î, i te oro’a ha’amana’ora’a, ei àrora’a i to’na enemi mùre ‘ore, oia te ma’i : mo’e haere noa !

 » Ia tae noa’tu ‘oe i to ‘oe patireia, ha’amana’o mai ‘oe ia’u « .

Nahea e nehenehe ai e mo’e te tutia i pûpûhia e to tatou mau metua a nehenehe ai ia tatou ia ora hau i teie mahana ?

E’ere râ tatou i te feia tei fanauhia no te pohe i roto i te ao mana’ona’o noa tirara atu ai. E feia tei ‘ore e ha’amo’e i te mau mea i tupu na, e feia ato’a tei ti’atùri i te hoê ananahi hau atu i te maita’i.

Ti’atùri i te ànanahi, ti’atùri i to tatou feia apî, ti’atùri i to tatou fenua no te mea, e nuna’a fa’aro’o te ma’ohi mai te tau àu’iu’i mai, o to’na ïa natura.

Te nuna’a fa’aro’o, o te nuna’a ïa tei ‘ite i te fa’aâu i to’na haere’a, i te fa’ahepora’a o te maramarama. E’ita e tâhiti i roto i ta’na mau tutavara’a, e’ita e nounou i ta vetahi’ê, e ‘oa’oa râ, i ta te tàno i fa’ata’a na’na.

Na to outou hùrù, i fa’a’amu ia’u i te itoito hina’arohia no te ora tamau i roto i te tavinira’a.

Ia maita’i e ia ‘oa’oa  i te matahiti apî !« 

infos coronavirus