A VOIR

|

“Edouard Fritch ne changera pas” : Ia Ora Te Nuna’a réagit aux vœux du président

Publié le

Lundi, le président du Pays présentait ses vœux à la presse. Pour le parti Ia Ora Te Nuna'a, ses vœux "ne trompent personne à quelques semaines des élections" : Edouard Fritch "confond manifestement période de vœux et campagne politique".

Publié le 11/01/2023 à 10:27 - Mise à jour le 12/01/2023 à 9:53
Lecture < 1 min.

Lundi, le président du Pays présentait ses vœux à la presse. Pour le parti Ia Ora Te Nuna'a, ses vœux "ne trompent personne à quelques semaines des élections" : Edouard Fritch "confond manifestement période de vœux et campagne politique".

“Le Tapura est-il propriétaire des institutions du Pays ? Le Président de la Polynésie française, une fois de plus, confond manifestement période de vœux et campagne politique” commence Ia Ora Te Nuna’a dans son courrier, réagissant aux vœux à la presse du président. “Au moment des traditionnels vœux du Président de la Polynésie française, c’est le président du parti rouge qui s’est exprimé dans une confusion des genres dont il a coutume. Après de longs vœux pieux qui ne trompent personne à quelques semaines des élections, Edouard Fritch dérape à nouveau et s’attaque à ses opposants politiques, notamment aux leaders de Ia Ora Te Nuna’a” poursuit le nouveau parti de Nicole Bouteau et Teva Rohfritsch.

“Edouard Fritch ressort sa cape autonomiste à trois mois des élections territoriales après avoir été plus qu’ambigu sur ce point dans de nombreuses déclarations officielles et dans ses meetings politiques pendant près de 9 ans de pouvoir sans interruption. (…) Edouard Fritch s’enfonce encore quand il s’en prend à ceux qui ont osé lui tenir tête et qui ont dénoncé publiquement ses dérives et celles de sa gouvernance. (…) Avec un culot hallucinant, lors de ses vœux à l’administration, Edouard Fritch appelle même solennellement les responsables des structures publiques à tout mettre en œuvre à l’encontre des ‘agents malveillants, malhonnêtes ou incompétents’ qui seraient issus de l’administration. Bel exemple de démagogie, voire de populisme” peut-on encore lire.

Le communiqué en entier :