A VOIR

|

Edouard Fritch : “la quête de l’autonomie, c’est la quête de notre développement”

Publié le

Actuellement à Paris pour le congrès des maires, le président Edouard Fritch a été invité à parler du statut d'autonomie au Sénat.

Publié le 21/11/2022 à 12:08 - Mise à jour le 21/11/2022 à 17:11
Lecture 2 minutes

Actuellement à Paris pour le congrès des maires, le président Edouard Fritch a été invité à parler du statut d'autonomie au Sénat.

La Délégation sénatoriale des Outre-mer a profité du congrès des maires, qui se tient actuellement à Paris, pour inviter les édiles ultramarins à une conférence-débat autour de deux thématiques : les problématiques de gestion locale et les souhaits d’évolution constitutionnelle. C’est dans le cadre de ce deuxième débat que le président de la Polynésie française est intervenu. 

Edouard Fritch a fait un historique de la quête de l’autonomie : es évolutions statutaires expressions “d’une longue revendication et d’un long processus politique formalisé par Pouvanaa Oopa à partir des années 50”. Le président du Pays a martelé que “la quête de l’autonomie, c’est la quête de notre développement. C’est de pouvoir centrer les préoccupations politiques et de gestion sur la vie quotidienne des Polynésiens”.

Il a ensuite présenté le statut actuel rappelant qu’il définit trois types de compétences : celles de l’État, des communes et de la Polynésie : “ces trois autorités constituent les piliers institutionnels clairement identifiés par le statut d’autonomie de la Polynésie française” a-t-il souligné. 

Rappelant que le statut traite également des relations entre la Polynésie et ses communes, il a insisté sur une caractéristique de notre collectivité à savoir son étendue, grande comme l’Europe, qui ne facilite pas l’intercommunalité et voit une dispersion des services de l’État. Autant de difficultés rencontrées par les maires. 

Modifier l’article 74

Edouard Fritch a indiqué souhaiter à l’avenir que l’article 74 de la Constitution, qui consacre le principe de spécialité législative et d’autonomie des collectivités d’outremer, puisse être modifié afin de conférer aux lois de Pays de la Polynésie française une valeur législative comme c’est le cas en Nouvelle-Calédonie, reconnaître le fait nucléaire et ses impacts ou encore renforcer la capacité de la Polynésie à passer des accords internationaux avec les pays du Pacifique puisque désormais la Polynésie est membre à part entière du Forum.

Cette conférence a été suivie par une importante délégation marquisienne au sein de laquelle on pouvait reconnaître Benoit Kautai maire de Nuku Hiva, Felix Barsinas maire de Tahuata et Joseph Kahia maire de Ua Pou. De nombreux autre élus polynésiens emmenés par Cyril Tetuanui président du SPC étaient aussi sur place. Tous ont été accueillis par la sénatrice Lana Tetuanui ainsi que par le sénateur Teva Rohfritsch. Le député Moetai Brotherson était aussi présent.