vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Edouard Fritch : « Je suis surveillé de partout, ça ne me gêne pas »

Publié le

Publié le 08/07/2015 à 13:17 - Mise à jour le 08/07/2015 à 13:17
Lecture 3 minutes

Hier mercredi, le président de l’assemblée de la Polynésie française (APF), Marcel Tuihani, a évoqué une nouvelle fois son projet de mise en place d’une commission d’enquête.   Marcel Tuihani estime ne pas avoir accès à toutes les informations notamment sur la réforme fiscale et la réforme de la protection sociale généralisée (PSG). 

Ce jeudi, le président du Pays Edouard Fritch a réagi lors d’une interview. « Ils peuvent toujours venir jeter un oeil sur ce que je fais. Je les autorise à rentrer à la présidence, à venir regarder le courrier du président. Ce n’est pas un problème. Moi ce que je crains, c’est que l’on est en train aujourd’hui, de mettre les commissions d’enquête à toutes les sauces« , a déclaré le président du Pays. « Dès qu’on a envie d’embêter la France, on prend une commission, on fait des résolutions. On veut embêter le président, on va aller enquêter… Mais enfin, je suis surveillé de partout. Vous savez, ça ne me gêne pas. Je sais qu’ici il y a des agents qui vont répéter à l’assemblée ce qui se passe ici à la présidence. Je n’ai rien à cacher », a-t-il poursuivi.

Sur les données que n’arriverait pas à obtenir Marcel Tuihani, Edouard Fritch a déclaré : « ce qui me gêne le plus, c’est qu’on tente aujourd’hui de créer une commission d’enquête pour enquêter sur quelque chose qui n’existe pas encore. On veut parler de la réforme de la PSG ». Des réunions ont lieu régulièrement depuis le début de l’année pour mettre en place les mesures de la réforme de la PSG. « Je veux prendre les mesures qu’il faut pour sauver cette PSG », a déclaré Edouard Fritch. « Alors, si pendant ce temps il faut que j’aille répondre en même temps, à une commission d’enquête parallèle qui viendra je ne sais pas quoi faire sinon faire obstruction au bon avancement de nos projets, je les mets en garde », a lancé le président du Pays. 

Plus tard, dans un communiqué, le gouvernement et la présidence ont officiellement réagi à la proposition de Marcel Tuihani. « Le président et  le gouvernement s’étonnent d’une telle proposition,  les commissions d’enquête étant mises en place,  a posteriori,  lorsqu’il  y a une suspicion d’abus ou de dérives qui nuisent à l’intérêt général. Or, nous ne sommes en rien dans ce cas de figure puisque la réforme de la protection sociale est en cours, dans une concertation et un dialogue respectueux,  approfondi,  depuis maintenant  plusieurs  mois,  avec  les partenaires sociaux, les représentants de l’assemblée de Polynésie française, et dans le souci de l’intérêt général.  Cette réforme est indispensable à la continuité de notre système social. Elle aurait dû être initiée depuis longtemps et, plutôt que de chercher à jeter la suspicion et à entraver l’action du gouvernement, il serait beaucoup plus utile et constructif pour le Pays, pour l’intérêt  général,  que  les  élus  de  Tarahoi  s’unissent  afin  de  réussir  ensemble  cette réforme », est-il écrit.

Hier mercredi, Marcel Tuihani avait souligné qu’il n’avait pas l’intention de « mettre un baton dans les roues du gouvernement ». 
 

Rédaction Web (Interview : Sophie Guébel / Elodie Sartoux)

Edouard Fritch, président de la Polynésie française

Le communiqué officiel de la présidence : 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV