jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Diffamation : Edouard Fritch demande 2 millions de dommages et intérêts à Geffry Salmon

Publié le

Publié le 03/09/2018 à 12:49 - Mise à jour le 03/09/2018 à 12:49
Lecture 2 minutes

Lors de cette conférence de presse tenue le 26 avril dernier, au siège du parti orange, Geffry Salmon avait dénoncé « certains agissements », notamment la « distribution de bons d’essence » et de « côtes de bœuf » à la population. Mais aussi le « versement de subventions à hauteur de 500 millions » ainsi qu’ 1,4 milliard « en aides en matériaux ».

Des propos qui, pour l’avocat d’Edouard Fritch, porte atteinte à l’honneur de son client. « On lui a imputé d’avoir arrosé l’électorat en distribuant des subventions entre les 2 tours et 1,4 milliard en aides en matériaux. D’avoir fait du clientélisme (…) Il y a une volonté de diffamer en vue de gagner les élections, en crachant sur son adversaire politique », a martelé Me Gilles Jourdainne.

Le conseil a souligné que lesdites subventions consistaient en des aides aux entreprises, à la production audiovisuelle locale ainsi qu’à des établissements scolaires. Et pour ce qui est du 1,4 milliard en aides en materiaux, il s’agissait de « la programmation 2018 des constructions de logements sociaux au profit de l’OPH ». Des opérations inscrites de longue date au budget.

« Des recours ont été engagés pour contester les élections mais aucun de la part du Tahoera’a sur ces prétendues aides et subventions », a lancé, en guise de conclusion, Me Jourdainne.

« Mon client s’est juste interrogé « 

« A aucun moment monsieur Salmon n’a accusé monsieur Fritch » de clientélisme, a rétorqué l’avocat de la tête de liste Tahoera’a, Me Arcus Usang, « mon client s’est juste interrogé sur la sincérité de cette démarche ».

Selon le conseil, de janvier à avril dernier, les « procédures d’urgence devant la commission du contrôle budgétaire avaient augmenté de 89% ».

« De janvier au 18 avril, il y a eu des aides aux entreprises pour 300 millions, 200 millions pour les communes et 662 millions pour les associations. Sur quatre mois, au pas de charge, la Polynésie a attribué 1 milliard de subventions cadeaux » a déclaré le conseil, ajoutant que son client s’était donc posé de simples « questions ».

L’avocat d’Edouard Fritch a sollicité 2 millions de francs de dommages et intérêts et la publication de la décision de justice dans la presse. Celui de Geffry Salmon a réclamé la relaxe. Le parquet ne s’est pas prononcé, laissant au tribunal le soin d’apprécier le dossier. Celui-ci rendra sa décision le 18 septembre.

J-B. C.

 

infos coronavirus