lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Diffamation : Edouard Fritch demande 2 millions de dommages et intérêts à Geffry Salmon

Publié le

Publié le 03/09/2018 à 12:49 - Mise à jour le 03/09/2018 à 12:49
Lecture 2 minutes

Lors de cette conférence de presse tenue le 26 avril dernier, au siège du parti orange, Geffry Salmon avait dénoncé « certains agissements », notamment la « distribution de bons d’essence » et de « côtes de bœuf » à la population. Mais aussi le « versement de subventions à hauteur de 500 millions » ainsi qu’ 1,4 milliard « en aides en matériaux ».

Des propos qui, pour l’avocat d’Edouard Fritch, porte atteinte à l’honneur de son client. « On lui a imputé d’avoir arrosé l’électorat en distribuant des subventions entre les 2 tours et 1,4 milliard en aides en matériaux. D’avoir fait du clientélisme (…) Il y a une volonté de diffamer en vue de gagner les élections, en crachant sur son adversaire politique », a martelé Me Gilles Jourdainne.

Le conseil a souligné que lesdites subventions consistaient en des aides aux entreprises, à la production audiovisuelle locale ainsi qu’à des établissements scolaires. Et pour ce qui est du 1,4 milliard en aides en materiaux, il s’agissait de « la programmation 2018 des constructions de logements sociaux au profit de l’OPH ». Des opérations inscrites de longue date au budget.

« Des recours ont été engagés pour contester les élections mais aucun de la part du Tahoera’a sur ces prétendues aides et subventions », a lancé, en guise de conclusion, Me Jourdainne.

« Mon client s’est juste interrogé « 

« A aucun moment monsieur Salmon n’a accusé monsieur Fritch » de clientélisme, a rétorqué l’avocat de la tête de liste Tahoera’a, Me Arcus Usang, « mon client s’est juste interrogé sur la sincérité de cette démarche ».

Selon le conseil, de janvier à avril dernier, les « procédures d’urgence devant la commission du contrôle budgétaire avaient augmenté de 89% ».

« De janvier au 18 avril, il y a eu des aides aux entreprises pour 300 millions, 200 millions pour les communes et 662 millions pour les associations. Sur quatre mois, au pas de charge, la Polynésie a attribué 1 milliard de subventions cadeaux » a déclaré le conseil, ajoutant que son client s’était donc posé de simples « questions ».

L’avocat d’Edouard Fritch a sollicité 2 millions de francs de dommages et intérêts et la publication de la décision de justice dans la presse. Celui de Geffry Salmon a réclamé la relaxe. Le parquet ne s’est pas prononcé, laissant au tribunal le soin d’apprécier le dossier. Celui-ci rendra sa décision le 18 septembre.

J-B. C.

 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.