dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Des ratés dans la centralisation des fichiers électoraux en Polynésie

Publié le

POLITIQUE - Des électeurs radiés par erreur des listes électorales : c’est le résultat de la centralisation des listes au niveau national. Si les listes ont été débarrassées des électeurs qui ont déménagé, qui sont décédés ou privés de leurs droits, d’autres ont également disparu. Un constat établi dans la France entière mais plus encore en Polynésie, où le nom d’usage et de naissance diffère fréquemment.

Publié le 24/05/2019 à 12:36 - Mise à jour le 20/06/2019 à 13:52
Lecture 2 minutes

POLITIQUE - Des électeurs radiés par erreur des listes électorales : c’est le résultat de la centralisation des listes au niveau national. Si les listes ont été débarrassées des électeurs qui ont déménagé, qui sont décédés ou privés de leurs droits, d’autres ont également disparu. Un constat établi dans la France entière mais plus encore en Polynésie, où le nom d’usage et de naissance diffère fréquemment.

“Je n’existe plus ici, alors que j’ai toujours voté ici depuis que je me suis mariée il y a 34 ans. J’ai toujours voté, et aujourd’hui, je n’existe plus sur la liste de Taravao. Je m’en suis aperçue en venant chercher ma carte électorale. C’est ma sœur jumelle qui s’est retrouvée ici, alors que elle, elle n’a jamais voté à Taravao” déplore Carole Lehartel, électrice radiée par erreur à Taiarapu-Est. Et elle n’est pas une exception : à Taiarapu-Est, plusieurs administrés ont eu la même surprise.

>> Lire aussi : Où, quand et comment voter pour les élections européennes ?  

“Pour le moment, il y en a une trentaine. J’espère que ça ne va pas être le cas le jour du vote car ça va être difficile de gérer tout ça. Je pense que c’est dû aux états civils, il y a eu des changements de noms, de prénoms… Tout ça, ça a été repris par l’INSEE. Donc après, il y a des cas qu’ils n’ont pas encore traité. Jusqu’à présent, lorsque je regarde sur notre logiciel ou sur le portail des élections, il y a toujours des cas en traitement et des décès” explique Manaarii Wong, responsable des élections de Taiarapu-Est. “Il y en a une dizaine pour l’instant, parce que nous on a mis en place que lundi” nous dit Georgina Aitamai, responsable des élections à Mahina.

Elle explique que l’année précédente, les problèmes venaient des noms d’usage et de naissance qui différaient. Les électeurs qui n’avaient plus leur place sur les listes électorales étaient nombreux. Un millier ici, à Taiarapu-Est, autant à Mahina et à Pirae. Principalement des personnes qui ont déménagé ou qui sont décédées. Ce qui aura une conséquence directe sur les taux d’abstention, puisque ce sont en moyenne 10% des électeurs qui ne pouvaient pas ou plus voter.

>>> Lire aussi : Élections européennes : téléchargez votre bulletin de vote

Samedi 25 mai, avec les listes mises à jour, le taux de participation devrait donc être amélioré. Non pas parce-que vous serez plus nombreux à vous rendre aux urnes, mais parce que les électeurs fantômes qui plombaient les statistiques ont disparu.

Pour vérifier si vous figurez toujours sur les listes : rendez-vous sur www.service-public.fr ou en mairie. L’État a fait passer des directives aux communes.

Et si samedi, vous ne pouvez pas voter, des solutions existent. “Il va y avoir une permanence le jour des élections, et il y a possibilité de saisir le tribunal de Papeete par rapport à l’article 20 du code électoral”  explique Manaarii Wong, responsable des élections de Taiarapu-Est.

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X