fbpx
vendredi 21 février 2020
A VOIR

|

Décès de Hoane : “Nous avons pris acte de cette onde de choc. (…) Ça fait mal”, confie Edouard Fritch

Publié le

Le maire de Hiva Oa explique que la colère est toujours présente aux Marquises après le décès du petit Hoane. De son côté, Edouard Fritch confie sa douleur à l'annonce de ce drame et sa volonté de mettre en place des hélicoptères pour les evasan.

Publié le 17/10/2019 à 18:07 - Mise à jour le 19/10/2019 à 9:35
Lecture 3 minutes

Le maire de Hiva Oa explique que la colère est toujours présente aux Marquises après le décès du petit Hoane. De son côté, Edouard Fritch confie sa douleur à l'annonce de ce drame et sa volonté de mettre en place des hélicoptères pour les evasan.

Ce jeudi à l’assemblée, le président du Pays a répondu à une question de Benoît Kautai sur les evasan. Hors séance, Edouard Fritch a confié qu’il espère “être celui qui va enfin faire monter un hélicoptère sur les Marquises. Ça ne résoudra pas tous les problèmes, il faut qu’on le sache. On a encore le problème des vols de nuit. Ce sera encore des évacuations diurnes, mais, l’intérêt de l’hélicoptère, c’est la rapidité d’intervention, dans la journée en tous les cas. Aux Marquises, nous avions une société qui exploitait un hélicoptère et qui est partie en 2007 pour des raisons financières. A l’époque, le gouvernement n’a pas souhaité participer. Je veux avertir l’Assemblée qu’effectivement, au-delà des subventions que nous donnons à la compagnie locale, Air Tahiti, il faudra prévoir d’autres subventions. Le déficit sera certainement important. Beaucoup plus important que celui que connaît Air Tahiti aujourd’hui. Il faudrait 6 ou 7 hélicoptères pour couvrir tous les besoins du Pays.”

Le président du Pays est revenu sur le décès du petit Hoane : “le week end en question, il y a eu 3 evassans sur les Marquises. Tous les médecins de l’hôpital de Nuku Hiva étaient mobilisés. Le traitement des malades se fait normalement. Nous avons équipé les Marquises de personnel adéquat. Je ne peux pas mettre un scanner dans toutes les vallées mais je veux tout de même saluer le travail qui est réalisé par le personnel médical qui est en site isolé, avec toutes les difficultés que cela comporte. Je vais me rendre aux Marquises prochainement, avec le Haut commissaire. (…) c’est très compliqué pour nous de faire venir des médecins aux Marquises. Parce-qu’ils sont loin de tout. Ils viennent avec leurs familles. Il y a le problème de l’emploi du conjoint… il faut scolariser leurs enfants. On a trouvé récemment un médecin urgentiste pour les Marquises mais ce n’est pas simple. On doit prendre en compte les conditions d’hébergement, d’accueil, de vie de ces personnes qui sont sollicitées presque en continu.”

J’ai beaucoup souffert d’être à New york à ce moment là

Edouard Fritch, président du Pays

Au moment du drame, le président du Pays se trouvait à New York pour intervenir devant la 4e commission de l’ONU. Il avait alors tenu à adresser un message, en vidéo, à la population. Il revient sur son sentiment à l’annonce du décès du bébé : “Nous avons pris acte de cette onde de choc. J’ai beaucoup souffert d’être à New york à ce moment là. Je vous assure que ça fait mal. Ça fait mal ! J’ai souhaité intervenir seulement 24 heures plus tard parce que je voulais disposer d’un minimum d’informations. Il y a des situations comme cela qui sont intolérables. On ne peut pas, au XXIe siècle, supporter ce choc facilement. Il faut dès lors que nous ayons une analyse précise de ces situations, et que nous prenions, derrière, des mesures qui nous permettent de ne plus avoir ce genre de scenario sur nos toiles.”

Du côté des Marquises, l’émotion est toujours présente. Etienne Tehaamoana, représentant des Marquises à l’APF, issu du groupe Tahoera’a, et maire de Hiva Oa expliquait au micro de Tahiti Nui Télévision qu’il aurait lui aussi aimé s’exprimer à l’assemblée : “Tout le monde veut s’exprimer sur Bébé Hoane. Même moi, j’avais prévu de m’exprimer aujourd’hui, mais je viens de voir que je n’avais pas le choix, puisqu’on ne peut pas choisir le thème que l’on veut. La majorité a déjà choisi la santé. C’est donc mon collègue marquisien qui s’exprimera sur cette question. Si j’avais pu prendre la parole, j’aurais aimé dire que ce problème a réveillé tout le monde en Polynésie. Cela a interpellé tous les Polynésiens.”

Le tavana rejoint Edouard Fritch au sujet de la mise en place d’un hélicoptère, il faudrait mettre en place un hélicoptère : “Je voudrais dire qu’un bateau de réglera pas le problème. Il faut à tout prix mettre en place un hélicoptère. C’est le seul moyen d’être efficace. Il faut envoyer un hélicoptère à Nuku Hiva, équipé, de manière à ce qu’il puisse intervenir rapidement, avec le personnel médical qu’il faut.”

“Quand on parle des îles éloignées, il y a le problème de la volonté. “

Etienne Tehaamoana, maire de Hiva Oa

Dans l’archipel, la colère ne faiblit pas : “Quand on parle des îles éloignées, il y a le problème de la volonté. C’est sûr que ça coûte cher. Tous nos élus œuvrent pour améliorer les conditions d’évacuations sanitaires dans nos îles. Est-ce qu’il faut intervenir encore ? Après ce drame ? Et après les nombreux drames dont on n’a pas parlé publiquement ? Il y a beaucoup de colère à Hiva Oa et dans toute la Polynésie. Aux Marquises nous sommes en colère de cette situation. Il faut mettre en place cet hélicoptère aux Marquises. Il y aura un coût. On peut partager ce coût, la Codim, on peut participer. Il ne faut pas attendre qu’il y ait d’autres Hoane.”

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Artisanat : 14e édition du salon Te rara’a

Cette exposition, organisée par l’association artisanale Te Rara’a, présidée par Mélia Avae, se tiend jusqu'au 1er mars et accueille une trentaine d’artisans...

Des agents des affaires sociales auraient octroyé 3 millions...

Les deux femmes attendent anxieuses le début de leur procès pour escroquerie. L’une est l’ancienne directrice de la circonscription Punaauia-Paea des affaires...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X