samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Début de l’enquête publique sur la défusion de Hitiaa O Te Ra

Publié le

Publié le 06/03/2016 à 15:00 - Mise à jour le 06/03/2016 à 15:00
Lecture < 1 min.

Hitia’a, Mahaena, Papenoo et Tiarei constituent les quatre communes associées de Hitiaa O Te Ra depuis 1972. Mais cette association pourrait bien se terminer. Les habitants ont deux mois pour s’exprimer sur la question de la dé-fusion de leurs localités, en consignant leur point de vue sur des registres disponibles en Mairie. Les résultats de cette campagne seront ensuite transmis à Jean-Pierre Voisin, chargé de l’enquête publique, qui rendra ses conclusions dans un rapport au Haut-Commissaire.
Si la dé-fusion a été votée en conseil municipal à l’unanimité, certains s’inquiètent du déséquilibre inter-communes que l’autonomie pourrait créer. Victor Tchoung, Maire délégué de Mahaena, la plus petite des communes associées avec 1107 habitants, craint pour les redevances de ses administrés. Avec un seul commerce, Mahaena verrait son budget réduit si la dé-fusion était adoptée. Beaucoup de résidents de la localité ne paient ni l’eau ni les frais des ordures, en hausse depuis les intempéries de décembre. Ce tavana a quand même donné son accord pour la séparation administrative, mais incite la population à s’exprimer sur le registre et à bien comprendre  les enjeux de la problématique.
Du côté du maire de Papenoo, la plus importante des communes associées, qui est aussi le centre administratif de Hitiaa O Te Ra, le doute n’est plus permis. « La dé-fusion est importante car les maires délégués ont aujourd’hui du mal à prendre des décisions » explique-t-il. Un discours qui va dans le sens de la marche puisque sur 101 signatures du registre de Papenoo, 100 sont favorables au projet de séparation.
Pourtant, en dépit des campagnes d’information, peu d’habitants des quatre communes associées s’intéressent à la dé-fusion. Un sujet trop éloigné de leur quotidien, sur lequel la plupart n’ont pas réellement d’avis.

Juliette Bourgeois, avec Thierry Teamo

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Rosina, l’une des premières basketteuses du fenua, décorée de...

Elle est l’une des premières femmes joueuses de basket-ball à Tahiti. Et depuis 1966 jusqu'à aujourd'hui, elle est présidente de la section basket de l’AS JT. Rosina Layton-Thunota, 85 ans, a été élevée ce matin par le président Edouard Fritch au rang de chevalier de l’ordre de Tahiti Nui.

Nucléaire : le Sénat vote la suppression de la...

Dans la nuit de vendredi à samedi en métropole, le Sénat a voté la suppression de l’article qui étendait à toutes qui étendait à toutes les demandes d’indemnisation des victimes du nucléaire, l’application du seuil d’1 millisievert. Une décision surprenante car les sénateurs avaient déjà voté pour l’application de ces nouvelles règles début mars.

Covid-19 : Tahaa mise sur le tourisme local pour...

Comment survivre après la crise liée au Covid-19 ? L’ouverture vers l’international étant encore impossible, les prestataires touristiques du fenua doivent revoir leurs offres et se tourner vers la clientèle locale pour garder la tête hors de l’eau, comme c'est déjà le cas à Tahaa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV