dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Contrat de ville : de nouvelles dispositions en matière de rénovation urbaine

Publié le

Le haut-commissaire de la République en Polynésie française, Dominique Sorain, le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, la présidente du Syndicat mixte en charge du Contrat de ville de l’agglomération de Papeete, Tenuhiarii Faua, ainsi que les maires des communes de l’agglomération de Papeete, membres du syndicat, se sont réunis, ce vendredi à la présidence, pour procéder à la signature de l’avenant n°2 au Contrat de ville 2015-2020.

Publié le 30/08/2019 à 14:56 - Mise à jour le 03/09/2019 à 9:59
Lecture 2 minutes

Le haut-commissaire de la République en Polynésie française, Dominique Sorain, le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, la présidente du Syndicat mixte en charge du Contrat de ville de l’agglomération de Papeete, Tenuhiarii Faua, ainsi que les maires des communes de l’agglomération de Papeete, membres du syndicat, se sont réunis, ce vendredi à la présidence, pour procéder à la signature de l’avenant n°2 au Contrat de ville 2015-2020.

Cet avenant a d’abord pour objet de proroger la durée du contrat jusqu’au 31 décembre 2022 conformément au plan national de mobilisation en faveur des habitants des quartiers et à la loi de finances pour 2019. Il renforce par ailleurs le contrat de ville dans ses dispositions relatives aux enjeux stratégiques du pilier cadre de vie et renouvellement urbain qui constitue l’un des piliers du contrat. Il s’agit d’accompagner la dynamique impulsée par l’Etat, le Pays et les communes, notamment de Punaauia, Papeete, Mahina et Pirae, en matière de politique polynésienne de renouvellement urbain.

Le programme de rénovation urbaine (PRU) consiste à engager sur des secteurs géographiques prioritaires, des opérations et des programmes visant à améliorer le fonctionnement des quartiers et les conditions de vie des populations. Sa mise en œuvre nécessite donc la mobilisation conjointe de moyens tant humains que financiers.

Ces moyens se traduisent :
– D’une part, par une participation, pendant 3 années consécutives, aux frais de rémunération des chefs de projets PRU des 4 communes précitées, qui seront recrutés pour assurer, sous l’autorité des maires, la coordination et la cohérence du programme ;
-D’autre part, par l’organisation de la prise en charge d’opérations de fonctionnement nécessaires à la mise en œuvre des PRU. 

Dans cette perspective, sont désormais définies au contrat les modalités de prise en charge des mesures dédiées au programme de rénovation urbaine.

Plus particulièrement, le financement temporaire des chefs de projets PRU mobilise à hauteur de 65% le Contrat de ville qui rassemble l’Etat, le Pays et les communes. On relève également que le Pays augmente sa participation annuelle de 12.960.000 Fcfp sur un période de 36 mois consécutifs pour contribuer spécifiquement à la prise en charge de ces postes à hauteur de 45%. Les communes concernées participeront à hauteur de 10% minimum.

Ce programme ambitieux fait également l’objet, par voie de convention signée le 5 juillet 2019, d’une attention particulière de la Banque des territoires – Caisse des dépôts et consignations- qui le soutient à hauteur de 25%.

Ainsi, la signature de cet avenant matérialise de façon très significative, un partenariat solide et nécessaire de l’ensemble des pouvoirs publics qui s’unissent aux communes pour construire le renouvellement urbain de demain en visant les quartiers prioritaires et par effet, pour améliorer la vie des populations les plus fragiles.

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :