dimanche 26 juin 2022
A VOIR

|

Législatives : ces partis qui appellent à voter Tavini

Publié le

Ecartés du 2e tour, certains partis ou candidats sans étiquette ont officiellement pris position pour les Bleus. Certains appelant sans ambiguïté à faire "barrage au Tapura", d’autres évoquant la nécessaire "diversité démocratique" et le risque de "confiscation du pouvoir".

Publié le 16/06/2022 à 19:29 - Mise à jour le 17/06/2022 à 9:35
Lecture 2 minutes

Ecartés du 2e tour, certains partis ou candidats sans étiquette ont officiellement pris position pour les Bleus. Certains appelant sans ambiguïté à faire "barrage au Tapura", d’autres évoquant la nécessaire "diversité démocratique" et le risque de "confiscation du pouvoir".

Après le Porinetia a tu de Sandra Levy-Agami, Heiura les Verts et Jean-Paul Théron, c’est au tour de Willy Cadousteau d’afficher son soutien aux candidats du Tavini pour le second tour des législatives. C’est que parmi les perdants, beaucoup se retrouvent dans leur opposition au Tapura.

Jean-Paul Théron, candidat sans étiquette, justifie son soutien envers les Bleus par une opposition frontale au Tapura. Au micro de Radio 1, il explique vouloir voter “pour la dignité, pour la vérité et pour la liberté” et demande à ses partisans de faire barrage au parti d’Edouard Fritch.

Sandra Levy-Agami, candidate du Porinetia a tu dans la seconde circonscription partage cette position. Dans un communiqué publié sa page Facebook, elle invite ses partisans à faire “barrage au Tapura”. “Si nous nous sommes levés, c’est parce que nous ne validons pas cette gouvernance qui ne bénéficie pas aux familles de Polynésie”, tout en rappelant ses divergences avec le Tavini, notamment sur les questions de souveraineté : “Pour ma part, je demeure attachée à notre autonomie”.

“Éviter la mainmise d’un seul parti du paysage politique”

Plus nuancé, Heiura les Verts appelle dans un communiqué de presse à “ne pas tout mettre dans le même panier”. Le parti préfère voir des Bleus aux côtés des Rouges sur les bancs du palais Bourbon. S’il admet se retrouver dans certaines valeurs du Tavini, il dit surtout craindre une “confiscation du pouvoir” par le Tapura au détriment d’une “diversité” démocratique. Il appelle donc “les électeurs qui se sont exprimés au premier tour, à éviter la mainmise d’un seul parti du paysage politique. Ce choix éclairé permettra alors une citoyenneté assumée”.

Idem au Aho api de Willy Cadousteau. Le candidat malheureux dans la première circonscription vient de se prononcer en faveur de Tematai Le Gayic. “Il y a certains points, certaines valeurs, sur lesquelles on se rejoint, les valeurs de souveraineté notamment. Je suis pour une souveraineté totale”, justifie ce dernier. Mais tout comme les Verts, le candidat réaffirme ses divergences avec le parti indépendantiste : “Je ne vote pas pour le Tavini, mais pour le candidat”.

“Je laisse les électeurs libres de leur choix”

Nicole Sanquer

Du côté du A here ia Porinetia en revanche, pas de consigne de vote. La députée sortante Nicole Sanquer préfère évoquer le “libre choix” rappelant encore que les voix ne lui appartiennent pas. S’il n’a pas non plus donné de consigne de vote, son confrère dans la première circonscription, Felix Tokoragi, a quand même affiché son soutien personnel au candidat Bleu, Tematai Le Gayic. Même démarche pour le Hau ma’ohi Ti’ama porté par Tauhiti Nena. Pas de consigne de vote, mais pas question de voter pour le Tapura, “ça, c’est sûr”, assure-t-il. Ce dernier plaide également pour un “changement d’élus” et invite ses électeurs à voter en leur âme et conscience.

infos coronavirus