samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Cause animale : Tauhiti Nena, Edouard Fritch et Marcel Tuihani s’engagent

Publié le

Publié le 19/04/2018 à 15:47 - Mise à jour le 15/06/2019 à 3:00
Lecture 2 minutes

Quelle place pour la cause animale dans les débats des Territoriales ? Aucune, ou presque. L’Alliance pour le respect et la protection des animaux de Polynésie française a tenté de la créer.

 La semaine dernière, l’Arpap qui se veut être une fédération des différentes associations de protection des animaux du fenua, a interpellé les candidats aux élections. Dans un courrier, elle leur a proposé plusieurs solutions pour améliorer le sort de nos compagnons à quatre pates.

Un peu plus d’une semaine après cette opération de communication, l’alliance a dressé le bilan des réponses reçues. Résultat : E Reo Manahune, le Tapura huira’atira et Te Ora Api o Porinetia ont répondu. Le Tahoeraa huira’atira, le Tavini huira’atira et l’Union polynésienne républicaine (UPR) n’ont pas adressé de réponse.

E REO MANAHUNE

Tauhiti Nena, président de la plateforme E Reo Manahune assure être aux côtés de l’Arpap pour la défense des animaux. Le président est en accord avec l’Arpap pour toutes ses propositions. Il ajoute :

« Nous avons également des idées innovantes et intéressantes à mettre en place tout en veillant à ce que les animaux soit reconnus comme des êtres sensibles… » 

LE TAPURA HUIRAATIRA

Le président Edouard Fritch rappelle dans sa réponse que depuis qu’il est aux commandes du Pays, de nombreuses choses ont été faites pour la protection des espèces.

Edouard Fritch note aussi que suite à cette rencontre, un travail a été lancé pour construire un plan d’actions. Le chef de file du Tapura s’engage à poursuivre ces travaux s’il est réélu « et à y consacrer des moyens notamment pour les campagnes de stérilisation, d’identification ou de soins vétérinaires. » 

TE ORA API O PORINETIA

Pour Marcel Tuihani « la condition animale est encore trop souvent perçue comme une question secondaire, voire marginale. Et c’est une erreur ».

Dans sa réponse à l’Arpap, le leader de Te Ora Api o Porinetia indique qu’un des points de son programme concerne la défense des animaux. Le président de l’assemblée souhaite la mise en place d’un dispositif sanitaire territorial pour les gérer. Il souligne :

« J’ai donc très clairement intégré cette préoccupation dans les principaux axes de mon programme. Ces actions recouvrent pour l’essentiel vos préconisations en ce qui concerne la stérilisation et l’identification des animaux domestiques, ainsi que l’interdiction d’en faire commerce librement et sans contrôle […] »

Pour mener à bien cette politique, Marcel Tuihani prévoit la création d’un « service spécifique chargé de coordonner et de contrôler la règlementation dans ce secteur […] » Il souhaite aussi que les associations y jouent un rôle important. A la fin de son courrier, le candidat déclare :

« Cet enjeu est au cœur de la citoyenneté. »

Rédaction web

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu