samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Bruno Sandras et Gaston Flosse gardent leurs mandats encore deux semaines

Publié le

Publié le 20/08/2014 à 16:58 - Mise à jour le 20/08/2014 à 16:58
Lecture < 1 min.

Gaston Flosse et Bruno Sandras devront attendre le 4 septembre pour connaître la décision de la cour d’appel sur leur demande de relèvement de peine d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs. Convoqué à 8h30 ce jeudi 21 août au tribunal, le président du Pays et le maire de Papara ont du patienter pendant plus de 2 heures avant d’être entendu par les juges.
Entouré de sa famille, de ministres, d’élus de l’assemblée et de militants, Gaston Flosse s’est montré très à l’aise et sûr de lui avant de se présenter devant les juges.
Après quelques minutes d’audience à huis clos, Gaston Flosse découvre qu’il va pouvoir attendre 14 jours pour savoir s’il reste président du Pays, comme le confirme son avocat maître François Quinquis.
L’avocat général a requis le rejet de sa demande de relèvement de sa peine d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs. Son recours en grâce présidentielle est toujours en suspens.

Bruno Sandras aussi se bat pour conserver ses fonctions de maire. Il a également fait appel de sa condamnation à trois ans d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs.
Le 4 septembre, la population de Papara saura si elle va changer de maire, et toute la Polynésie si elle va changer de président.
 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.