dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Assemblée : Nicole Sanquer siégera comme « non inscrite »

Publié le

Nicole Sanquer ne siégera plus en tant qu'élue du Tapura à l'assemblée.

Publié le 06/12/2019 à 11:35 - Mise à jour le 09/12/2019 à 9:35
Lecture < 1 min.

Nicole Sanquer ne siégera plus en tant qu'élue du Tapura à l'assemblée.

La député et représentante Nicole Sanquer, a déposé jeudi sa démission du groupe Tapura à l’assemblée, rapportent nos confrères de Tahiti infos. Cette démission ne concerne que le groupe Tapura à l’assemblée. Elle n’aurait pas demandé à quitter le parti politique Tapura.

« C’est une décision qui est prise avec beaucoup de regrets mais c’est le résultat de plusieurs mois de mal-être, de malaise…, explique Nicole Sanquer au micro de Tahiti Nui Télévision. Au niveau de mon rôle de représentante à l’assemblée de la Polynésie française, il y a des textes où j’ai voté favorablement mais sans en être convaincue. » La représentante évoque ses doutes sur les textes concernant la protection de l’emploi local, sur le bingo, sur la presse…

« J’ai pu exprimer mes désaccords en comité de majorité mais il n’y a pas eu de grands changements donc c’est vrai qu’aujourd’hui j’ai décidé de reprendre ma liberté de vite et de parole au niveau de l’assemblée, tout en gardant en mémoire le programme du Tapura Huiraatira que nous avions défendu lors des dernières territoriales. »

A compter du 10 décembre, Nicole Sanquer devrait siéger en tant que « non inscrite » à l’assemblée de la Polynésie.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.