lundi 18 janvier 2021
A VOIR

|

Ambiance tendue au CESC pour la présentation de la PSG II

Publié le

Publié le 18/04/2016 à 15:27 - Mise à jour le 18/04/2016 à 15:27
Lecture 3 minutes

La Protection sociale généralisée (PSG) a été au coeur des débats mardi au sein du Conseil économique social et culturel. Et pour cause, 20 ans après sa première mise en place, la PSG doit être révisée pour suivre la situation actuelle des Polynésiens. Après un an de discussion et de réflexion avec plusieurs acteurs, la PSG II a été présentée devant les élus de la société civile. Une démarche applaudie par certains membres de la 4e institution du Pays : « On est encore au stade de projet qu’on peut encore amender. Je trouve là, pour le coup, que le gouvernement a une bonne initiative de présenter ces travaux de la PSG II. Alors je ne voudrais pas, enfin s’il y en a qui le souhaitent, faire des préalables, dire qu’on n’est pas d’accord avant même d’avoir écouté », s’exprime Christophe Plée, représentant des petites et moyennes entreprises.
 
Du côté des représentants des salariés, le ton monte. Parmi l’ensemble des élus du CESC,  deux tiers d’entre eux ont été consultés il y a un mois et demi. Ils regrettent que leurs préconisations n’aient pas été entendues : « Nous ne soutenons pas les orientations de ce dossier, il fallait se remettre à discuter de plusieurs orientations notamment la maladie et la retraite que nous avons commencé à négocier depuis un mois et demi, ligne par ligne de cette proposition de PSG II. On voit aujourd’hui, que malgré les orientations en cours, le gouvernement présente quand même un dossier auprès de cette institution la 4e de ce Pays. Ça laisse à penser que ce que nous avons travaillé il y a un mois et demi de cela, n’est pas pris en considération, malgré tout, ils proposent leurs orientations », regrette Temarii Mahinui, représentant du collège des salariés.
Les représentants des salariés accompagnés d’une centaine d’élus des salariés ont donc quitté l’institution comme pour marquer leur désaccord, avant la fin de la présentation de la PSG II.
 
Du côté du collège de la vie associative, les représentants ont exprimé leur déception de ne pas avoir été consultés comme les deux tiers du CESC : « Le document qu’on nous a soumis, on nous l’a donné ce matin, donc, je ne vois pas comment on peut faire des remarques par rapport à cette PSG II. Il aurait peut-être été plus utile que nous soyons saisis de manière formelle, comme nous avons été saisis sur le texte de l’hydroélectricité et sur bien d’autres textes et que nous puissions véritablement faire un travail de réflexion », a réagi Snow Tepuanui.
 
Pour Luc Tapeta, conseiller technique en charge de la protection sociale généralisée II, les discussions doivent se poursuivre :  » Je pense qu’il faut continuer d’expliquer, il faudra vraisemblablement qu’on aille s’exprimer dans d’autres instances. Ce que je regrette simplement, c’est que durant toute la période où nous avons mené les ateliers, ils ont été invités, ces invitations ont été réitérées chaque semaine, pour qu’ils viennent. Pour certains d’entre eux, ils ont refusé de venir, c’est compliqué aujourd’hui de venir parler de la réforme ». Puis, Tea Frogier, ministre du Travail d’ajouter :  » l y a des éléments, mais on n’a pas encore arbitré. Au niveau du gouvernement, il est important de recueillir les avis de chacun, clairement, je pense qu’on n’aura pas tout le monde d’accord sur les suggestions, et à ce moment-là, il reviendra au gouvernement d’arbitrer, mais à l’heure actuelle, il nous faut avoir l’adhésion de tout le monde. »
 
Si cette présentation à la 4e institution a été assez houleuse, elle aura duré plus de quatre heures. Les présentations vont s’enchaîner au sein des institutions. 

D’ailleurs, votre avis nous interesse, n’hésitez pas à répondre à la question de semaine, qui est la suivante : Selon vous, que devrait-on changer dans la Protection sociale généralisée (PSG) ? 

 

Rédaction Web (Interview Esther Parau, Thierry Teamo)

 

Répondez à notre question de la semaine sur Facebook : 
Que devrait-on changer dans la Protection sociale généralisée (PSG) ?
Cliquez ici

infos coronavirus