vendredi 29 mai 2020
A VOIR

|

Accord de coopération avec Hainan : le groupe chinois toujours présent en Polynésie

Publié le

Ce jeudi, dans le cadre de la séance de questions au gouvernement à l'assemblée, la ministre du Tourisme Nicole Bouteau a répondu au représentant Tahoeraa James Heaux à propos de l'état d'avancement de l'accord de coopération signé en 2015 entre la Polynésie et le groupe chinois Hainan.

Publié le 07/11/2019 à 11:14 - Mise à jour le 07/11/2019 à 12:46
Lecture 2 minutes

Ce jeudi, dans le cadre de la séance de questions au gouvernement à l'assemblée, la ministre du Tourisme Nicole Bouteau a répondu au représentant Tahoeraa James Heaux à propos de l'état d'avancement de l'accord de coopération signé en 2015 entre la Polynésie et le groupe chinois Hainan.

Où en est l’accord de coopération entre Hainan et la Polynésie ? La ministre du Tourisme s’est exprimée ce jeudi en séance à l’assemblée. Nicole Bouteau a rappelé que les domaines de coopération entre le groupe chinois et le Pays étaient essentiellement ceux du transport aérien et de l’hôtellerie.

« En matière aérienne, l’accord prévoyait dans un premier temps des vols charters en provenance de Chine ce qui a été fait en partenariat avec Air Tahiti Nui, le tour opérateur CAISSA appartenant au groupe HAINAN et South Pacific Connection. Ces charters ont été maintenus jusqu’en 2017 sur la période du nouvel an chinois », a souligné la ministre. « Dans le secteur de l’hôtellerie, l’accord de coopération prévoyait la possibilité pour le groupe de se porter acquéreur et/ou de construire des hôtels. C’est ce qu’ils ont fait puisqu’en 2016, HAINAN a racheté les hôtels St Régis à Bora Bora et le Hilton Moorea. Le Groupe, au jour d’aujourd’hui, en est toujours propriétaires. Les salariés de ces hôtels, exploités et commercialisés par de grandes marques hôtelières internationales sont majoritairement des polynésiens. « 

Fin 2017, Hainan a traversé des difficultés financières. L’année suivante, le fondateur et président du groupe Jian Wang est décédé : « le groupe a subi une importante restructuration ». L’accord de coopération avec le fenua n’a donc pas évolué comme l’explique la ministre du Tourisme. Elle explique cependant que le groupe chinois « est toujours présent en Polynésie propriétaire de deux fleurons de l’hôtellerie polynésienne dont l’activité profite à l’économie polynésienne. »

Nicole Bouteau a annoncé par ailleurs, que « du 15 au 18 décembre prochains, un paquebot de la compagnie COSTA, chartérisé par CAISSA, sera dans nos eaux. Il transportera 2000 passagers de nationalité chinoise à son bord. Par ailleurs, un vol charter organisé par South Pacific Connection est également prévu à l’occasion du nouvel an chinois fin janvier 2020. »

La ministre du Tourisme a insisté sur la volonté du Pays de se mobiliser sur le marché asiatique : « Avec Tahiti Tourisme et les professionnels du tourisme polynésien, nous sommes très mobilisés sur l’Asie dont les chiffres de fréquentation sont en baisse significative depuis 2018, liée pour la Chine notamment à l’arrêt des vols charters mais aussi au ralentissement de la croissance économique en Chine. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV