jeudi 29 septembre 2022
A VOIR

|

À Paris, Édouard Fritch souligne “l’urgence” de reconstruire l’aéroport de Tahiti

Publié le

Après Gérald Darmanin et Jean-François Carenco, c'est avec Clément Beaune, ministre des Transports, que le président du Pays a conclu son voyage parisien. Au coeur des discussions de cette dernière recontre, l’attribution du marché de l’aéroport de Tahiti-Faa’a.

Publié le 02/09/2022 à 10:27 - Mise à jour le 02/09/2022 à 10:43
Lecture 2 minutes

Après Gérald Darmanin et Jean-François Carenco, c'est avec Clément Beaune, ministre des Transports, que le président du Pays a conclu son voyage parisien. Au coeur des discussions de cette dernière recontre, l’attribution du marché de l’aéroport de Tahiti-Faa’a.

Le président du Pays a conclu ce vendredi une visite d’une semaine à Paris, à la rencontre du nouveau gouvernement français.

Le ministre délégué Clément Beaune a reçu Edouard Fritch pour un entretien avec trois sujets : la continuité territoriale des transports, la rénovation des pistes d’aérodromes de Raiatea et de Rangiroa, et le plus important : l’appel d’offres de l’aéroport international de Tahiti Faa’a.

Un sujet crucial avec la reprise progressive du tourisme international : “Nous sommes venus soulever l’urgence pour le territoire de voir cet aéroport reconstruit le plus rapidement possible, indique Édouard Fritch. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas, et c’est compliqué pour la Polynésie de recevoir dans de bonnes conditions l’afflux de touristes que nous connaissons depuis le début de l’année”.

La situation ne va pas s’arranger avec l’ouverture prochaine d’une ligne Tahiti – Seattle, la reprise des vols vers le Japon au mieux à la fin du mois d’octobre et la possible arrivée, à la fin de l’année, du géant de l’aérien Delta. Pour rappel, c’est l’offre déposée par la Caisse des Dépôts et Consignation, à travers sa filiale Egis, qui avait remporté l’offre en septembre 2021. La Collectivité devait entrer au capital de la société gestionnaire à hauteur de 49%. La CCISM, candidat concurrent, avait déposé un recours dans la foulée, et le Tribunal administratif de Papeete a prononcé l’annulation de la concession Egis.

(Crédit photo : Camille Chatillon / Julien Sartre)

Les conséquences des essais nucléaires, l’avenir en pointillés de la CPS : il s’agissait de tout expliquer, encore une fois, au nouveau gouvernement français. “Nous avons besoin aujourd’hui de la solidarité nationale, car la CPS, la sécurité sociale locale connaît de véritables difficultés”, alerte le président.

Nous avons demandé à ce que l’État nous accompagne, ne serait-ce que sur deux ou trois ans pour remettre à flot nos fonds sociaux, et pouvoir mettre en chantier le plus rapidement possible les réformes liées aux régimes sociaux”.

Lire aussi : Le régime des salariés affiche un déficit de 5 milliards de Fcfp en 2021

Le président Fritch revient au fenua dans trois jours, lundi. Il ne participera pas au dîner que donne le président Emmanuel Macron pour les départements et régions d’Outre-mer à l’Elysée, mercredi.

Par ailleurs, Yvonnick Raffin, ministre des Finances et de l’Économie, a rencontré Isabelle Richard, sous-directrice de la Direction générale des Outremers, pour passer en revue les financements de l’Etat au bénéfice de la Polynésie française, notamment :

  • Le soutien au développement des entreprises polynésiennes, via la défiscalisation nationale, la SOGEFOM, ainsi que les prêts et subventions mis en œuvre par BPI France dès l’an prochain au titre du Programme d’investissement d’avenir (PIA) ;
  • Le Fonds Outre-mer d’appui en ingénierie, reconduit en 2023 ;
  • La loi sur la préservation du pouvoir d’achat qui permettra notamment aux familles polynésiennes les plus pauvres de bénéficier d’aides alimentaires ;
  • L’accompagnement des étudiants boursiers polynésiens.

Alors que le Président de la République doit s’entretenir avec les élus des territoires de l’Atlantique et de l’océan Indien le 7 septembre, Édouard Fritch a annoncé qu’une autre réunion pourrait avoir lieu avec les territoires du Pacifique « fin septembre, début octobre ».

infos coronavirus