samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

A Mahina, certains ne veulent « pas rater le second tour »

Publié le

Publié le 05/05/2018 à 12:30 - Mise à jour le 05/05/2018 à 12:30
Lecture 3 minutes

8 heures tapantes ce dimanche 6 mai. Les portes de la salle omnisport de Mahina, qui abrite les 13  bureaux de vote de la commune, s’ouvrent. Les premiers électeurs s’y engouffrent, carte d’électeur en main.

Au premier tour, le taux de participation dans la commune était de 51% soit neuf points de moins que la moyenne en Polynésie. La section numéro 2 est celle qui a le moins voté.

Comme partout ailleurs, les services de la mairie se sont mobilisés pour inciter les citoyens à se rendre aux urnes. Damas Teuira explique :

« Nous avons fait un rappel de l’importance de venir voter. Nous avons procédé à une séance d’information déjà au niveau de tous les partis en lice, et de manière générale pour tous ceux qui viennent à Mahina. »

Le premier élu estime que le second tour mobilise toujours plus les électeurs. Ceux qui ne savent pas voter car il y a trop de listes, attendent que leur nombre soit réduit pour venir se prononcer d’après l’édile.

« Les gens essaient de voir quelles sont les tendances qui sortent du premier tour. Puis, à l’issue, ils viendront juger utile de venir ou pas en fonction des résultats. Je pense qu’aujourd’hui, on aura un taux de participation un peu plus important qu’au premier tour. »

Alison fait partie de ceux-là. Elle n’a voté qu’au second tour et explique :

« C’est difficile de faire son choix au premier tour. Au deuxième tour, tu peux faire entendre. »

Aurore, elle, a été trop occupée le 22 avril dernier pour accomplir son devoir de citoyen. Elle a tenu à réparer cela au second tour. La jeune femme précise :

« Cette élection est importante. C’est assez important car il y a les trois partis les plus importants présents. Là on s’est dit, il ne faut pas rater le deuxième tour. »

Le taux de participation de Mahina pour le deuxième tour sera-t-il meilleur qu’au premier tour? A la mi-journée, sur l’ensemble de la Polynésie, le taux de participation était en légère baisse par rapport au premier tour. 
 

Rédaction web avec Mata Ihorai et Laure Philiber 

Emile Vernaudon bien décidé à voter

Emile Vernaudon faisait partie des premières personnes à entrer dans les bureaux de vote de Mahina. Radié des listes électorales entre les deux tours des élections, après le rejet de son recours par la Cour de cassation dans le cadre de l’affaire du CET, l’ancien tāvana a tout de même décidé se rendre aux urnes. Il sort de sa poche sa carte d’électeur et explique :

« J’attends l’ordonnance. J’ai ma carte, j’ai voté au premier tour, J’ai tout ce qu’il faut. J’attends qu’on me signifie (NDLR : sa radiation). Je n’ai pas reçu d’ordonnance de la cour de cassation. »

L’actuel maire de Mahina, Damas Teuira, n’accord que peu de crédit à ces déclarations. Pour l’édile, il est certain qu’Emile Vernaudon ne pourra glisser de bulletin dans l’urne pour ce second tour. Damas Teuira souligne :

« J’ai reçu des instructions de la part du haut-commissaire. En tant que représentant de l’Etat, me demandant de le radier, suite à son rejet en pourvoi. Je n’ai fait qu’appliquer la loi. »

Si Emile Vernaudon campe sur ses positions, il indique tout de même ne pas vouloir passer en force. Il lance :

« Je ne vais pas aller forcer ! Je ne suis pas un voyou quand même. »
 

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taiarapu-Ouest : 5 listes fusionnent pour contrer celle arrivée...

Au premier tour des municipales, le maire sortant était arrivé second avec 717 voix de retard sur le premier. Pour renverser la vapeur, il a alors décidé de fusionner avec les 4 autres listes toujours en course, mais au prix de son siège de maire de la commune.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV