mercredi 25 novembre 2020
A VOIR

|

A here ia Porinetia, un nouveau groupe à l’assemblée

Publié le

Le groupe A here ia Porinetia a vu le jour mercredi à l'assemblée de la Polynésie française. Présidé par Nicole Sanquer, il est également composé des ex-représentants Tapura Huiraatira, Nuihau Laurey, Teura Tarahu-Atuahiva, Bernard Natua, Félix Tokoragi et de l'ex-représentante orange Vaitea Le Gayic.

Publié le 20/08/2020 à 15:22 - Mise à jour le 20/08/2020 à 15:22
Lecture 2 minutes

Le groupe A here ia Porinetia a vu le jour mercredi à l'assemblée de la Polynésie française. Présidé par Nicole Sanquer, il est également composé des ex-représentants Tapura Huiraatira, Nuihau Laurey, Teura Tarahu-Atuahiva, Bernard Natua, Félix Tokoragi et de l'ex-représentante orange Vaitea Le Gayic.

Il faut 6 représentants pour monter un groupe à l’assemblée de la Polynésie française. Nicole Sanquer et Nuihau Laurey ont depuis le mois de mai quitté le navire du Tapura Huiraatira. Ils ont été rejoints mercredi par trois autres représentants du Tapura : Bernard Natua, Teura Tarahu-Atuahiva et Félix Tokoragi ; et une élue du Tahoeraa, Vaitea Le Gayic, pour former un nouveau groupe, A here ia Porinetia. Groupe qui s’est exprimé dans l’hémicycle ce jeudi pour la première fois.

« On nous a posé la question : est-ce que ce groupe allait s’opposer systématiquement ? Non, ce n’est pas le cas et on l’a prouvé ce matin », confie Nuihau Laurey. « Un certain nombre de représentants, comme moi-même, comme Nicole Sanquer, comme Teura Atuahiva et d’autres ont souhaité quitter le Tapura parce que nous sommes en désaccord avec les choix qui sont faits par le président. On a pu s’exprimer au sein du groupe, exprimer nos désaccords et on voit qu’aujourd’hui il n’y a plus de discussion possible au sein du Tapura, alors que la situation du pays est grave. Nous avons proposé un certain nombre de mesures qui ont été repoussées. On a constaté que le président, quelques semaines plus tard, choisissait de mettre en œuvre ces mesures. On sent une non gestion de cette crise aujourd’hui, des choix qui ne sont pas assumés. »

> Lire aussi – Démission de trois représentants Tapura : la réaction du groupe

Interrogé sur la possibilité que ce nouveau groupe à l’assemblée soit rejoint par d’autres représentants dans les jours ou semaines à venir, Nuihau Laurey a tout simplement répondu : « Un certain nombre de représentants effectivement sont en désaccord avec les choix du gouvernement, mais surtout avec la manière dont le président gère les critiques qui sont faites. On est en démocratie et au sein du groupe, on a le droit de ne pas être d’accord avec toutes les mesures. Je rappellerai à Edouard Fritch que lui-même a quitté le Tahoeraa parce qu’à une certaine époque il y avait une vision unique des choses. Et finalement on constate qu’aujourd’hui, il applique les mêmes recettes qui l’ont conduit lui à démissionner du Tahoeraa. »

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.