samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

A Faa’a, on se déplace pour les législatives

Publié le

Publié le 02/06/2017 à 13:52 - Mise à jour le 02/06/2017 à 13:52
Lecture 2 minutes

Les sympathisants du Tavini sont de sortie aujourd’hui. Placés au rond-point menant à Vaitupa, drapeaux en main, l’appel d’Oscar Temaru a visiblement été entendu. Sur le site lui-même, les électeurs sont beaucoup plus nombreux qu’au premier tour de la Présidentielle. Taux de participation à 9 heures, 1 116 votants contre 819 au premier tour de la Présidentielle à la même heure.

« La présidentielle est importante aussi, mais j’ai l’impression que les législatives attirent plus de monde », constate un électeur. Les électeurs semblent donc davantage passionnés par ces élections législatives. En revanche, il y en a pour qui le changement de ton d’Oscar Temaru n’est pas bien passé. « Je trouve inadmissible de dire à des gens de ne pas aller voter. C’est aux électeurs de décider si ils vont aller voter ou non. Et quand cela l’arrange, il dit d’aller voter. Cela me dérange » explique un électeur.

Mais ce changement de discours n’a manifestement pas déstabilisé les militants  du Tavini. Le leader indépendantiste, venu ouvrir les bureaux de vote ce matin, s’explique à nouveau sur sa décision. « Les gens comprendront. Ils ont compris pourquoi la dernière fois nous ne sommes pas allés voter, il n’y avait aucun candidat maohi. Et puis de toutes façons, cela ne sert à rien de voter ici. »

S’expliquant: « Les 200 000 électeurs polynésiens auraient voté Marine Le Pen, que cela n’aurait rien changé au résultat. Macron aurait tout de même gagné. Cela ne sert absolument à rien. Et je pense que les électeurs l’ont compris. »
 

Rédaction Web avec Sophie Guébel et Brandy Tevero

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.