6 milliards de plus pour le budget 2023 du Pays, 2 milliards pour le CHPF

Publié le

Les représentants de l’assemblée se sont retrouvés ce jeudi matin à Tarahoi afin d’étudier le premier collectif budgétaire de l’année. Ainsi et après avoir voté le budget primitif 2023 en décembre dernier, les autorités du Pays ont souhaité revaloriser certains postes de dépenses tels que la santé ou l’emploi. Si le premier a reçu l’adoubement de l’opposition celui de l’aide à l’emploi a quant à lui susciter certaines questions.

Publié le 23/02/2023 à 17:13 - Mise à jour le 24/02/2023 à 13:18

Les représentants de l’assemblée se sont retrouvés ce jeudi matin à Tarahoi afin d’étudier le premier collectif budgétaire de l’année. Ainsi et après avoir voté le budget primitif 2023 en décembre dernier, les autorités du Pays ont souhaité revaloriser certains postes de dépenses tels que la santé ou l’emploi. Si le premier a reçu l’adoubement de l’opposition celui de l’aide à l’emploi a quant à lui susciter certaines questions.

Quasiment deux mois après avoir voté le budget primitif pour l’année 2023, les représentants de l’assemblée se sont retrouvés ce jeudi pour adopter le premier collectif budgétaire de l’année et certainement le dernier de cette mandature. Une rallonge de 6 milliards 250 millions de Fcfp au budget 2023 dédié notamment à la santé. Si l’hôpital de l’ile sacrée aura le budget pour recruter de nouveaux soignants, le CHPF se voit attribué un budget additionnel de 2 milliards 750 millions de Fcfp. Pour Tepuaraurii Teriitahi, élue Tapura, il s’agit de permettre la création de 8 postes à l’hôpital de Uturoa, et « au niveau de l’hôpital, on leur donne le budget nécessaire. Il faut qu’ils déterminent les besoins en personnel de façon après à faire face à ça, faire face aussi à toutes les heures supplémentaires, à tout l’engagement du personnel hospitalier. »

Un réajustement budgétaire de ces structures de santé, salué par l’ensemble des groupes à l’assemblée. Un consensus qui s’est quelque peu effrité sur le volet dédié à l’aide à l’emploi : une enveloppe d’1,4 million de Fcfp en plus. L’opposition dénonce là un manque d’anticipation du gouvernement, notamment sur les emplois aidés : « Ils viennent aussi mettre dans ce collectif, des crédits pour les CAE qu’ils ont embauché en décembre, en fin d’année, parce qu’ils n’ont pas prévu, tacle Nicole Sanquer, présidente du groupe A Here ia Porinetia à l’assemblée. Ils ont donné des CAE et aujourd’hui on vient nous expliquer qu’en 2023, on n’a pas prévu la continuité de ces CAE là. »

Une situation qui selon le président du groupe Tavini Huiraatira à l’assemblée Antony Géros, mettrait les représentants dans une situation de conflit d’intérêts :

– PUBLICITE –

« J’ai soulevé le problème devant le président de l’assemblée pour l’interppeler sur le fait qu’il faut qu’il nous assure un encadrement juridique suffisant pour qu’on puisse réaliser notre mission de manière dépourvue de risque de se voir ensuite repris par la justice parce qu’on a commis une prise illégale d’intérêts en participant à telle ou telle décision. »

Puisé dans les 21 milliards de réserves financières générées par les recettes fiscales sur les importations, ce collectif porte les recettes de fonctionnement du budget 2023 du Pays à 152 milliards 600 millions.

Dernières news