lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Une ex-banquière jugée pour avoir volé de l’argent à ses clients

Publié le

Une affaire hors norme était étudiée ce mardi matin par les magistrats du tribunal correctionnel : celle d’une ancienne banquière en poste à Saint-Barthélemy, mais aujourd’hui résidente de Polynésie française. Elle était jugée pour avoir détourné plus de 26 millions de Fcfp sur le compte de ses clients.

Publié le 11/06/2019 à 13:31 - Mise à jour le 05/08/2019 à 9:20
Lecture < 1 min.

Une affaire hors norme était étudiée ce mardi matin par les magistrats du tribunal correctionnel : celle d’une ancienne banquière en poste à Saint-Barthélemy, mais aujourd’hui résidente de Polynésie française. Elle était jugée pour avoir détourné plus de 26 millions de Fcfp sur le compte de ses clients.

À Saint-Barthélemy, l’affaire avait fait du bruit. Cette femme de 35 ans, responsable clientèle dans une agence de la BRED, une banque métropolitaine, avait puisé dans les comptes de trois de ses riches clients. De 2013 à août 2017, elle leur ponctionnait en moyenne 480 000 Fcfp par mois pour un préjudice total dépassant les 26 millions de Fcfp. Très aisées, les victimes ne se sont rendu compte de rien jusqu’à ce que l’une d’elles finisse par s’étonner des débits sur son compte, ce qui avait conduit la direction de la banque à diligenter une enquête.

À la barre ce matin, l’ex banquière a reconnu son entière responsabilité. Elle a expliqué avoir débuté les malversations peu après son arrivée dans l’agence en raison de difficultés financières qui ont abouti à ce qu’elle soit interdit bancaire. « J’avais bien conscience que ce que je faisais n’étais pas légal mais l’engrenage a continué », a-t-elle dit à l’audience.

Quant à l’argent détourné, il a été « dilapidé » selon ses termes : en achats de cadeaux pour ses proches ainsi qu’en voyages.

Aujourd’hui employée en Polynésie dans un organisme public, la trentenaire a assuré qu’elle dédommagerait ses victimes. Elle n’aura de toute façon pas le choix puisque le tribunal l’a condamnée à rembourser les sommes volées en plus d’une peine de deux ans de prison avec sursis. Il a également prononcé une interdiction définitive d’exercer dans le milieu bancaire.

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.