samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Un sexagénaire condamné à 5 ans ferme pour des agressions sur deux fillettes

Publié le

Un homme de 61 ans a été condamné ce mardi à 5 années de prison ferme pour avoir agressé sexuellement deux fillettes de son entourage. Le sexagénaire n'a cessé de nier les faits lors de son procès comme au cours de l'instruction malgré les nombreux éléments pesant contre lui.

Publié le 10/12/2019 à 17:53 - Mise à jour le 11/12/2019 à 16:31
Lecture 2 minutes

Un homme de 61 ans a été condamné ce mardi à 5 années de prison ferme pour avoir agressé sexuellement deux fillettes de son entourage. Le sexagénaire n'a cessé de nier les faits lors de son procès comme au cours de l'instruction malgré les nombreux éléments pesant contre lui.

« Des mensonges ». Tel a été l’unique argument de défense du vieil homme face aux accusations de deux fillettes qui, au demeurant, ne se connaissaient pas.

Entre 2011 et 2014, cet homme de 61 ans avait jeté son dévolu sur ces deux enfants, âgé de 5 ans pour la première et de 8 pour la seconde. Sa propre nièce et la fille de ses voisins.

La plus jeune avait fini par confier à son père qu’elle « était fiu que tonton cherche toujours à lui faire des bisous sur la bouche ». Ce qui avait entraîné un dépôt de plainte, une enquête, et l’identification de non pas une, mais deux victimes.

Des fillettes à qui l’homme imposait attouchements et autres agressions au domicile de sa mère ou au sien. Lors de l’audience, bien que régulièrement poussé dans ses retranchements par le président du tribunal, jamais le prévenu n’a reconnu le moindre geste déplacé.

« Je ne venais que très rarement chez ma mère », « c’est ma nièce que je devais repousser pour pas qu’elle vienne sur moi », « tout ça c’est peut être pour me soutirer de l’argent », a-t-il avancé en guise d’explication.

Mais selon des membres de sa famille, il dormait plusieurs nuits par semaine chez sa mère et les psychologues qui ont vu les fillettes ont décelé chez-elles les mêmes troubles post-traumatiques. D’autres jeunes femmes ont également témoigné au cours de l’enquête de gestes très déplacés.

« Il me disait que plus tard on se marierai, quand j’aurai 15 ans », avait-il dit à l’une de ses petites victimes. De propos qu’il a pour une fois reconnus….en les minimisant : « c’était pour rigoler ».

« Vous avez un humour très particulier. Vous vous adressiez à une enfant », lui a sèchement répondu le président du tribunal.

Arrivé libre à l’audience, le sexagénaire a été conduit à la maison d’arrêt dès le jugement rendu. Et son nom figurera désormais au fichier national des auteurs d’infractions sexuelles.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

En métropole, la durée du congé de paternité va...

La durée du congé de paternité va doubler et passer à 28 jours, a indiqué mardi l'Élysée, permettant à la France, un temps en pointe sur le sujet, de combler une partie de son retard par rapport aux meilleurs élèves européens.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV