mardi 26 octobre 2021
A VOIR

|

Un homme de 29 ans condamné à 3 ans de prison dont 2 avec sursis pour agression sexuelle sur mineurs

Publié le

Il pénétrait dans le domicile de ses voisins pour aller caresser ou embrasser les jeunes enfants. 5 ans de prison dont 2 ans avec sursis ont été requis contre un homme de 29 ans. Il écope finalement de 3 ans de prison dont 2 avec sursis.

Publié le 27/04/2021 à 11:08 - Mise à jour le 27/04/2021 à 13:12
Lecture 2 minutes

Il pénétrait dans le domicile de ses voisins pour aller caresser ou embrasser les jeunes enfants. 5 ans de prison dont 2 ans avec sursis ont été requis contre un homme de 29 ans. Il écope finalement de 3 ans de prison dont 2 avec sursis.

Il est accusé d’avoir agressé sexuellement les enfants de son voisinage alors qu’il avait bu et fumé du paka. Le prévenu a indiqué à la barre ne pas se souvenir de ses actes et ne pas comprendre son comportement en raison de cette consommation abusive de produits toxiques.

En tout, une série de 7 faits sur 3 différentes victimes ont été recensés entre 2014 et 2020 à Faa’a et Punaauia. S’il s’est souvent contenté de caresser les jambes ou de faire un bisou aux victimes, les dégâts n’en demeurent pas moins énormes pour elle et leur entourage. Une victime a ainsi du mal à dormir chez ses parents où elle a été agressée. Et pour son père, l’agression de sa fille de 11 ans a marqué le début d’une descente aux enfers. Il a accepté de se confier à Florent Collet et Sam Teinaore. “Ça fait un an que ma fille a quitté le domicile, qu’elle vit à la semaine chez sa nounou et qu’on la retrouve le week-end. J’ai quasiment ma famille décomposée depuis cet acte d’agression sexuelle qui s’est passé chez moi en mai 2020 juste après le confinement. Et ça a des répercussion psychologiques aussi. Ça fait un an que je suis suivi par une psychiatre pour éviter de m’en prendre à cette personne. Je dois vivre avec parce qu’il est dans mon entourage privé et professionnel aussi. Ce qui est dur pour moi, c’est de ne pas m’être réveillé lorsque ma fille est venue me réveiller à ce moment-là. En tant que papa c’est vraiment l’acte le plus lâche que l’on peut avoir : ne pas se réveiller quand ton enfant a besoin de toi. J’en souffre encore aujourd’hui. C’est un travail personnel que je fais au jour le jour. Ma fille, quand je la récupère le week-end, je ne la lâche pas d’une semelle. Et ma cadette qui est aussi indirectement victime de cet incident, tous les soirs je suis obligé d’attendre qu’elle dorme profondément pour fermer sa chambre. Pour fermer à clef la porte de sa chambre et dormir ne serait-ce que 3 heures dans la nuit et me réveiller dans la nuit pour voir si tout va bien. Ça c’est mon quotidien depuis l’incident. En tant que victime indirecte je suis très très touché.”

Le prévenu a été condamné à 3 ans de prison dont 2 avec sursis. Il a interdiction d’entrer en contact avec les victimes et d’exercer une activité en lien avec les mineurs durant 5 ans. Son nom est inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIGAIS). Il a l’obligation de soigner et d’indemniser les victimes. Le montant total des sommes dues aux victimes est de 1 420 000 Fcfp.

Rédigé par

infos coronavirus