mercredi 4 août 2021
A VOIR

|

Un couple poursuivi pour s’être battu devant leur enfant

Publié le

Ce lundi après-midi en audience de comparution immédiate, un homme était poursuivi pour des violences sur sa compagne, elle aussi poursuivie pour des violences envers son conjoint. Elle avait utilisé un couteau pour le blesser. Mais le fait le plus grave : leur enfant a assisté à toute la scène.

Publié le 05/07/2021 à 18:09 - Mise à jour le 05/07/2021 à 18:09
Lecture < 1 min.

Ce lundi après-midi en audience de comparution immédiate, un homme était poursuivi pour des violences sur sa compagne, elle aussi poursuivie pour des violences envers son conjoint. Elle avait utilisé un couteau pour le blesser. Mais le fait le plus grave : leur enfant a assisté à toute la scène.

L’homme a déjà été condamné dix fois pour des faits de vol, outrage et violences sur conjoint. Le jour des faits, il se disputait avec sa compagne pour la garde de leur enfant. Tous les deux sont sans emploi et sans domicile fixe.

Le ton monte et l’homme bouscule puis gifle sa compagne. Pour se défendre, la femme va chercher un couteau et entaille le flanc de son tane. Tous deux ont bénéficié d’ITT. Mais ce qui est surtout reproché au couple, c’est d’avoir exposé cette scène de violence aux yeux de leur garçon âgé de 10 ans.

“Comme souvent, l’enfant qui se retrouve au milieu de faits de violence conjugale et surtout témoin de faits de violence conjugale, subit toujours une forme de préjudice évidemment, ce qui est très difficile à verbaliser”, explique Me Loris Peytavit, l’avocat de l’enfant du couple. “L’enfant est traumatisé de voir ses parents qui, soit commettent des violences l’un sur l’autre, ou crient, etc. C’est effectivement une forme de violence grave que subissent les enfants et qui est prise en compte maintenant, depuis une loi de juillet 2020, parce qu’avant, l’enfant n’avait pas un propre statut de victime. Et maintenant, depuis la réforme de juillet 2020, l’enfant a son statut de victime devant les tribunaux”.

La femme a été condamnée à 1 an de prison avec sursis. Elle a interdiction d’entrer en contact avec son compagnon et elle devra également suivre un stage de formation contre les violences conjugales.

L’homme, quant à lui, a été condamné aux mêmes obligations avec 18 mois de prison ferme. Mais déjà condamné pour violences sur conjoint, son sursis de 6 mois a été révoqué. Au total, il devra purger une peine de 2 ans de prison ferme.

infos coronavirus