A VOIR

|

Tribunal administratif : 97,3% des affaires traitées en 2021

Publié le

Le tribunal administratif a dressé son bilan de 2021. Malgré la crise sanitaire, l’activité de la cour administrative n’a pas faiblie avec un taux de traitement de 97,3%. Le délai moyen de jugement des affaires est de 5 jours à 6 mois. Et la grande nouveauté pour 2022, c'est la parution d’un guide du tribunal administratif en langue tahitienne.

Publié le 31/01/2022 à 17:20 - Mise à jour le 31/01/2022 à 17:24
Lecture < 1 min.

Le tribunal administratif a dressé son bilan de 2021. Malgré la crise sanitaire, l’activité de la cour administrative n’a pas faiblie avec un taux de traitement de 97,3%. Le délai moyen de jugement des affaires est de 5 jours à 6 mois. Et la grande nouveauté pour 2022, c'est la parution d’un guide du tribunal administratif en langue tahitienne.

“On leur remettra cette plaquette pour qu’ils puissent repartir avec et l’étudier de façon plus approfondie” a expliqué Pascal Devillers, président du tribunal administratif, concernant le guide du tribunal administratif en langue tahitienne. Il est destiné aux justiciables poursuivies ou victimes dans des procédures administratives et ne maîtrisant pas la langue française.

Autre annonce du tribunal, conformément aux annonces du président de la République Emmanuel Macron, les procédures pour indemniser les victimes des essais nucléaires seront facilitées en 2022. La cour administrative prévoit une augmentation des procédures qui s’y rapportent. Cette augmentation ne devrait pas encombrer le stock de dossiers. En effet, le délai de traitement moyen des dossiers administratifs, de 5 jours à 6 mois, est beaucoup plus rapide que devant une cour correctionnelle.

“La procédure administrative contentieuse est assez directive, elle est inquisitoriale, à côté elle est contradictoire, donc les parties dirigent quelque part la procédure contentieuse alors que chez nous, c’est le juge qui dirige la procédure contentieuse, et on a quasiment pas de report d’audience ou alors il faut vraiment que ce soit très justifié. Le non report porte atteinte au contradictoire, ce qui fait qu’on arrive à tenir des délais bien plus brefs et à juger les affaires très rapidement” précise le président du tribunal.

Autre contentieux qui pourrait augmenter dans les mois à venir : les contestations de la loi sur l’obligation vaccinale.