mardi 3 août 2021
A VOIR

|

Trafic d’ice : “un réseau particulièrement bien structuré” à Faa’a

Publié le

Ce mercredi, les personnes mises en cause dans le trafic d’ice démantelé ce samedi, ont été déférées au parquet.

Publié le 16/12/2020 à 11:11 - Mise à jour le 17/12/2020 à 8:16
Lecture 2 minutes

Ce mercredi, les personnes mises en cause dans le trafic d’ice démantelé ce samedi, ont été déférées au parquet.


Plusieurs interpellations ont eu lieu samedi a Faa’a, comme l’ont révélé nos confrères de Tahiti infos ce week-end. Samedi vers 5 heures à l‘aéroport, en provenance d’un vol de Los Angeles un homme âgé de 40 ans était interpellé à la descente d’avion par les gendarmes de la Brigade de Recherches de Faa’a.

L’homme a été arrêté en possession de 900 grammes d’ice.

Lire aussi : Un nouveau trafic d’ice démantelé à Faa’a

D’autres interpellations et perquisitions ont eu lieu en même temps dans ma commune de Faa’a. Sept autres personnes ont été arrêtées. Dans un communiqué, le procureur Hervé Leroy précise également qu’une vingtaine de témoins ont été entendus.

Cette vaste opération de police judiciaire concluait une enquête préliminaire diligentée sous l’autorité du parquet de Papeete depuis septembre 2020.

Les investigations ont permis d’établir “un réseau particulièrement bien structuré ayant son siège à Faa’a”, explique le procureur. Ce réseau était composé de :

  • deux commanditaires et trafiquants : l’un étant employé dans un commerce (se chargeant également de blanchir l’argent de la drogue), l’autre étant fonctionnaire municipal au sein de la commune de Faa’a.
  • une nourrice stockant pour le conditionnement aux fins de vente l’ice.
  • deux revendeurs principaux.
  • un receleur de fonds issus du trafic de stupéfiants (conjoint de l’un des deux trafiquants et également fonctionnaire de la commune de Faa’a).

C’est le train de vie élevé d’une des têtes du réseau qui a alerté les enquêteurs Un train de vie possible grâce à des importations d’ice entre 2018 et 2020 à hauteur de 1, 5 kilogramme.

9 véhicules terrestres à moteur (véhicules automobiles et deux roues de grosse cylindrée) et un scooter de mer ont été saisis.

La plupart des personnes intéressées à ce trafic dont au premier chef les deux têtes de réseau ont reconnu les faits.

Parfaitement insérés socialement et familialement, ils ont agi par appât du gain, explique le communiqué.

Ce mercredi, les personnes mises en cause dans ce trafic d’ice ont été déférées au parquet. Ils sont poursuivis pour :

  • association de malfaiteurs en vue de commettre des infractions à la législation sur les stupéfiants (méthamphétamines)
  • importation illégale de stupéfiants
  • détention illégale de stupéfiants
  • transport illégal de stupéfiants
  • acquisition illégale de stupéfiants
  • cession de stupéfiants
  • recel d’infractions à la législation sur les stupéfiants.

Les auteurs de ces faits de trafic d’ice encourent dix ans d’emprisonnement et 7 500 000 euros d’amende soit 894 988 074,45 Fcfp. Mais aussi la confiscation de tous leurs biens mobiliers et immobiliers (maisons à usage d’habitation et terrains parfaitement identifiés qui feront l’objet de réquisitions aux fins de saisies et confiscations).

Des réquisitions ont été prises aux fins de détention provisoire devant le JLD jusqu’à leur comparution à l’audience du 28 janvier 2021.

Le procureur note que, malgré la crise sanitaire, le trafic d’ice continue avec la reprise des vols internationaux en provenance des Etats-Unis.

Les confiscations de nature patrimoniale : maisons à usage d’habitation abritant la famille des trafiquants seront requises quelque soit l’origine des fonds (licites ou illicites).

“Le parquet ne laissera pas un franc en possession de ceux qui mettent en péril la santé publique, déstabilisent la société polynésienne et alimentent une économie souterraine : tripots et changeurs manuels clandestins”, assure le procureur.

infos coronavirus