fbpx
mardi 25 février 2020
A VOIR

|

Trafic d’ice : prison ferme pour trois hommes impliqués dans le dossier Nivière

Publié le

Trois hommes ont été condamnés ce lundi après-midi à des peines de prison ferme dans un dossier dont la tête de réseau, John Nivière, a écopé de 7 ans ferme en novembre dernier. Les trois prévenus avaient demandé un délai pour préparer leur défense, d’où le fait qu’ils n’aient pas été jugés lors de la même d’audience.

Publié le 16/01/2020 à 20:22 - Mise à jour le 20/01/2020 à 9:41
Lecture < 1 min.

Trois hommes ont été condamnés ce lundi après-midi à des peines de prison ferme dans un dossier dont la tête de réseau, John Nivière, a écopé de 7 ans ferme en novembre dernier. Les trois prévenus avaient demandé un délai pour préparer leur défense, d’où le fait qu’ils n’aient pas été jugés lors de la même d’audience.

Le premier, qui jouait le rôle d’intermédiaire, voire de goûteur, a été condamné à 4 ans de prison ferme. Cet homme de 37 ans se trouvait en état de récidive pour avoir tenté d’importer de l’ice depuis les Etats-Unis en 2017.

Le second, qui faisait office de revendeur, a quant lui écopé d’une peine de 3 ans, dont une année assortie du sursis.

Enfin, le dernier, qui n’appartenait pas directement au réseau mais dont le nom était apparu lors des écoutes téléphoniques, a été condamné à 3 ans ferme.

L’homme, dealer de paka, souhaitait se lancer dans le trafic d’ice. Sans succès puisqu’il s’est fait « carotter » à deux reprises. Il avait d’ailleurs voulu se faire justice lui-même en tentant de retrouver John Nivière, armé d’un fusil à canon scié. Mais il s’était trompé de domicile et avait braqué une famille sans histoire de Mahina. Il avait été condamné pour cela en mai dernier à 5 ans de prison ferme.

Ce trafic d’ice, qui s’est étalé de décembre 2018 à octobre 2019, aurait rapporté environ 15 millions de francs par mois selon les enquêteurs. De fortes sommes d’argent, diverses drogues et des armes à feu avaient été saisies au cours de l’enquête.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X