A VOIR

|

Sixième renvoi pour le procès du docteur Théron

Publié le

Sixième renvoi pour le procès du docteur Théron, poursuivi pour avoir outragé des gendarmes et blessé un clerc d’huissier alors qu’ils lui portaient une convocation devant le tribunal, en septembre 2021.

Publié le 18/10/2022 à 11:04 - Mise à jour le 18/10/2022 à 11:04
Lecture < 1 min.

Sixième renvoi pour le procès du docteur Théron, poursuivi pour avoir outragé des gendarmes et blessé un clerc d’huissier alors qu’ils lui portaient une convocation devant le tribunal, en septembre 2021.

Après avoir été renvoyé au 4 novembre 2021, au 3 mars 2022, au 27 mai, au 26 août, puis enfin au 18 octobre, nouveau et sixième renvoi du procès du docteur Jean-Paul Théron. Mais cette fois, à la demande du taote, qui n’a pu être présent, étant actuellement en métropole au chevet de son père.

“On a été obligé de fournir un certificat médical pour justifier de l’absence du docteur Théron. Je précise que c’est la première fois qu’il sollicite un renvoi, et ce, pour des raisons familiales. Parce que la première fois, il avait un certificat médical qui mentionnait bien qu’il ne pouvait pas être présent au tribunal. Le juge avait ordonné une expertise médicale. Et l’expert a été obligé de dire qu’effectivement, son absence était justifiée. Ensuite, les autres renvois qui sont intervenus dans ce dossier ne sont pas du fait de docteur Théron” a précisé ce matin maître Stanley Cross, avocat de Jean-Paul Théron.

Toujours selon son avocat, docteur Théron a assuré être présent au tribunal le 21 mars 2023, date du prochain renvoi.

Pour rappel, le médecin est poursuivi pour “violence aggravée par deux circonstances suivie d’incapacité n’excédant pas 8 jours, commis le 16 septembre 2021 à Arue” contre un clerc d’huissier qui s’était rendu à son domicile pour lui signifier un dépôt de plainte et pour “outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique (gendarme, NDLR) commis le 18 septembre 2021 à Arue”.

Le Dr Théron risque 7 ans de prison.

Pour rappel également, dans le cadre d’une autre affaire, le docteur a été interdit d’exercice à partir du 15 juin pour trois ans, dont deux avec sursis. Une décision de la chambre disciplinaire de première instance de l’Ordre des médecins.