dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Six mois de prison avec sursis pour le faux gendarme

Publié le

Le procès de l’homme qui s’était fait passer pour un gendarme pendant près de trois ans s'est tenu jeudi au tribunal de Papeete. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis.

Publié le 21/05/2021 à 10:33 - Mise à jour le 21/05/2021 à 10:33
Lecture < 1 min.

Le procès de l’homme qui s’était fait passer pour un gendarme pendant près de trois ans s'est tenu jeudi au tribunal de Papeete. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis.

Après un grave accident de la route, ce père de deux enfants a voulu essayer, à sa manière, de faire cesser les mauvais comportements sur la route. Sans être titulaire du permis toutes cylindrées, il se procure un scooter TMAX. Et c’est en collant des bandes réfléchissantes qu’il décide de le maquiller en véhicule de la gendarmerie. Il se procure ensuite des vêtements qu’il transforme en tenue de motard de la gendarmerie.

Déguisé en gendarme, il interpelle les mauvais conducteurs pour les réprimander verbalement. Sur les réseaux sociaux, il écrira que c’est pour échapper aux contrôles. Il sera finalement confondu par un gendarme en civil qu’il avait, selon ses propos, “interpellé parce qu’il roulait sur la roue arrière de sa moto sur la route”. Un détail que son avocat avait retenu lors de sa plaidoirie.

“Je l’ai soulevé, mais je n’ai pas insisté avec vigueur parce qu’il y avait un doute là-dessus et que le seul témoignage des personnes qui lui reprochaient un acte de la fonction, ce sont des personnes qui exercent cette fonction, explique Me Smaïn Bennouar. Donc il y a une objectivité qui peut être contestable et surtout, c’était les seuls éléments qu’on avait qui le mettaient en cause et qui n’étaient pas très crédibles par rapport au récit que faisait mon client.”

L’homme a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Son permis a été annulé et il devra attendre un mois avant de pouvoir le repasser. En plus d’être poursuivi pour immixtion dans la fonction de gendarme, il lui était reproché l’usage d’un faux permis. Lorsqu’il avait refait son permis de conduire, un agent indélicat du service des transports lui avait tamponné le permis A, alors qu’il ne l’avait pas passé.

Rédigé par

infos coronavirus