A VOIR

|

Saisie de près de 424kg de cocaïne : 7 ans de prison pour les prevenus

Publié le

Le jugement a été rendu ce jeudi dans l'affaire de la saisie, en septembre dernier, d'une demi tonne de cocaïne sur un voilier.

Publié le 17/11/2022 à 17:15 - Mise à jour le 18/11/2022 à 14:05
Lecture 3 minutes

Le jugement a été rendu ce jeudi dans l'affaire de la saisie, en septembre dernier, d'une demi tonne de cocaïne sur un voilier.

Le 21 septembre dernier, 424 kg de cocaine étaient saisis par la douane et la police nationale sur un voilier dans le port de Papeete. Ses 2 occupants, le capitaine et un matelot de nationalité suédoise, ont été jugés ce jeudi au tribunal correctionnel de Papeete pour avoir tenté de convoyer la drogue du Panama en Australie.

Si le matelot a reconnu son implication en contribuant à fabriquer des caches au niveau des cabines et en connaissance de la cargaison, le capitaine s’est lui dit innocent des charges qui pesaient sur lui.

Jugés en comparution immédiate, les mis en cause, alternant entre l’anglais et le suédois pour s’exprimer, ont décrit deux situations bien différentes au tribunal. Le matelot, agent immobilier en Suède, a expliqué avoir pris des vacances en août au Panama, attendant sa compagne avec qui les relations étaient compliquées. Sachant qu’elle ne viendrait finalement pas, il s’est retrouvé mêlé à une affaire de femme et de stupéfiants, et s’est dit victime de chantage par un cartel panaméen. Ce dernier aurait exigé de lui le convoyage de la drogue, en l’échange de l’effacement d’une dette de 100 000$ (11.6 millions de Fcfp environ) et d’une part supplémentaire.

“C’est la mule du cartel”

Me Isabelle Nougaro, avocate du matelot

Me Isabelle Nougaro, avocate du matelot, a insisté sur “l’universalité” des mauvaises décisions prises par son client, “coincé dans une vie et dans un système qu’il n’a pas voulu“. Une succession de mauvaises rencontres selon elle, notamment le propriétaire du bateau, un suédois rencontré au Panama qui s’éclipse rapidement en Suède et confie le bateau ainsi que de l’argent au matelot, pour y faire des réparations et l’amener en Australie. C’est ainsi qu’il se serait fait piéger et serait devenu “à l’image du film de Clint Eastwood, la mule du cartel“.

Me Nougaro, avocate du marin suédois

Contrairement à son compatriote, le capitaine du bateau, lui, comparaissait libre, et a affirmé qu’il n’était pas au courant de la cargaison de cocaïne. Il dit s’être rendu au Panama en tant que skipper d’expérience pour une famille de riches américains, dont il n’a pas souhaité révéler le nom. Le navire étant finalement vendu, il a expliqué avoir vite croisé son matelot dans la marina, et décidé d’entreprendre la traversée jusqu’en Australie pour y faire une régate.

“Même un chien ne l’aurait pas senti”

Le capitaine du bateau

Interrogé sur son absence de doutes sur le voilier malgré son expérience de 30 ans dans le milieu, le quinquagénaire a affirmé qu’il tenait à faire ce voyage, que les caches étaient “très bien faites“, et que “même un chien” n’aurait pas senti la présence de stupéfiants à bord. Il a précisé qu’il connaissait déjà son marin, rencontré au cours d’un championnat de MMA.

C’est sur la base d’éléments téléphoniques que le procureur de la République a contredit cette version, estimant que le capitaine, qui a pris une photo du voilier et a contacté le marin très peu de temps après son arrivée, était bien conscient de son rôle de convoyeur. Les pannes récurrentes du système de géolocalisation du voilier pendant la traversée, et la version des clients américains et de la préservation de leur anonymat n’ont pas dissipé ses doutes. Un point sur lequel l’avocat du capitaine, Me Teremoana Hellec, est revenu.

Me Teremoana Hellec, avocat du capitaine

Les réquisitions du procureur ont finalement été suivies par le tribunal, qui a condamné les deux prévenus à 7 ans de prison (ferme) avec mandat de dépôt. Ils devront payer une amende douanière de 1,5 milliard de Fcfp.

Les avocats des deux hommes ont indiqué qu’ils feront appel de ce jugement.