vendredi 19 août 2022
A VOIR

|

Saisie d’armes et d’ice : jusqu’à 7 ans de prison ferme pour les trafiquants

Publié le

Ce jeudi matin s’est tenu le procès des 7 individus interpellés le 8 octobre dernier lors du démantèlement par la DSP d’un réseau de trafic d’ice. De la drogue et de l’argent liquide avaient été saisis ainsi que deux armes à feu.

Publié le 25/11/2021 à 19:41 - Mise à jour le 26/11/2021 à 11:17
Lecture 2 minutes

Ce jeudi matin s’est tenu le procès des 7 individus interpellés le 8 octobre dernier lors du démantèlement par la DSP d’un réseau de trafic d’ice. De la drogue et de l’argent liquide avaient été saisis ainsi que deux armes à feu.

Depuis le début de l’année et jusqu’à leur arrestation le 8 octobre dernier, ces individus se sont livrés à un trafic d’ice à petite échelle. La rareté du produit avait engendré une flambée des prix. Le gramme d’ice se vendait à 600 000 Fcfp. Lors des perquisitions deux armes à feu avaient été découverte. La carabine 22 Long Rifle avait simplement été prêtée par un ami d’un des prévenus alors que le pistolet 38 spécial encore dans son emballage avait été acheté quelques jours avant sa découverte par les forces de police.

Face aux juges, les prévenus ont affirmé qu’ils ne trafiquaient pas pour s’enrichir, mais pour pouvoir consommer de l’ice. “À chaque fois, on parle de victimes etc., mais sans réellement essayer de s’imaginer qui sont ces victimes. Les victimes sont des gens très fragiles car ils ont un parcours de vie accidenté. Mon client a perdu sa mère très jeune, dans des circonstances qui ont été évoquées au tribunal -mais que je n’évoquerai pas là-, ce qui a induit une fragilité excessive et à propension à la consommation de stupéfiants. Il suffit qu’il y ait un moment où il ne va pas trop bien, qu’il soit dans une soirée avec des copains et que quelqu’un lui propose une petite dose, et c’est comme ça qu’on met le doigt dans l’engrenage. Les réelles victimes ce sont les consommateurs qui ont une fragilité sur laquelle les trafiquants vont jouer. Mon client, à ce stade, n’est que consommateur, et a été pris dans une spirale” a indiqué Teremoana Hellec, avocat d’un des prévenus.

Le procureur avait requis des peines de 3 ans dont 2 avec sursis à 6 ans de prison ferme. Les 7 prévenus ont finalement été condamnés à des peines allant de 1 an à 7 ans de prison ferme. Un mandat de dépôt a été prononcé pour les 5 personnes déjà détenues.

infos coronavirus