vendredi 14 mai 2021
A VOIR

|

Rentrée solennelle : la lutte contre l’ice reste l’une des priorités du parquet

Publié le

Ce vendredi matin au palais de justice s’est tenue l’audience solennelle de rentrée. Un événement qui marque l’ouverture officielle de l’année judiciaire et qui permet aux magistrats du tribunal de première instance et à ceux de la cour d’appel de dresser le bilan de l’année écoulée. Mais aussi de fixer les priorités pour les 12 mois à venir. Et elles devraient rester les mêmes.

Publié le 15/01/2021 à 16:25 - Mise à jour le 15/01/2021 à 16:26
Lecture 2 minutes

Ce vendredi matin au palais de justice s’est tenue l’audience solennelle de rentrée. Un événement qui marque l’ouverture officielle de l’année judiciaire et qui permet aux magistrats du tribunal de première instance et à ceux de la cour d’appel de dresser le bilan de l’année écoulée. Mais aussi de fixer les priorités pour les 12 mois à venir. Et elles devraient rester les mêmes.

Comme pour chaque rentrée solennelle, officiels de l’Etat et du Pays se pressent dans la grande salle d’audience du palais de justice. Mais crise Covid oblige, le nombre d’invités a été limité cette année.

Une situation sanitaire qui n’a toutefois pas empêché l’appareil judiciaire de fonctionner ces 12 derniers mois.

Pour ce qui est de 2021, le procureur général et le procureur de la République ont fixé les mêmes priorités que pour l’année passée. Et en premier lieu la lutte contre le trafic d’ice. Récemment, deux nouvelles structures se sont implantées localement : le nouvel office anti-stupéfiant, Ofast et une cellule du renseignement opérationnel sur les stupéfiants, la Cross. Ce qui facilitera le travail d’enquête. « Ça permet de partager l’information et de faire circuler très rapidement l’information entre les différents services chargés de lutter contre le trafic de stupéfiants », explique Hervé leroy, procureur de la République.

Les violences intrafamiliales demeureront aussi un axe prioritaire de la politique pénale. Nouveauté cette année, la mise en place de bracelet anti-rapprochement pour protéger les femmes battues : « c’est un dispositif qui va permettre avec le TGD, téléphone grave danger, d’améliorer la protection de la victime. Techniquement, il y aura un bracelet « posé » si je puis dire sur la victime, sur l’auteur des faits qui a été condamné ou fait l’objet d’une mesure avant jugement. Et dès qu’il y aura un rapprochement, ça bipera. À ce moment-là, les services de police et de gendarmerie seront avisés et interviendront immédiatement. »

Les atteintes à la probité, la délinquance dite en col blanc, seront aussi dans le collimateur des autorités judiciaires. Car malgré les condamnations ces dernières années, ce type d’infractions reste bien ancrées… « Il semblerait que certains n’aient pas encore tout à fait compris. J’ai beaucoup de dénonciations, certaines, pour ne pas dire en majorité, anonymes, et ça donne lieu à des enquêtes qui, parfois, sont effectivement positives en terme de résultats. »

La délinquance routière et les atteintes à l’environnement occuperont elles aussi l’attention du parquet cette année.

infos coronavirus