vendredi 15 janvier 2021
A VOIR

|

Procès Sarah Nui 2 : Danielson pas déstabilisé, malgré les témoignages à charge

Publié le

Au palais de justice, la première semaine d’audience du procès Sarah Nui 2 vient de s’achever. Ce vendredi matin, ce sont deux hommes présentés comme des banquiers ou des collecteurs d’argent pour le compte de Maitai Danielson qui étaient à la barre.

Publié le 02/10/2020 à 16:32 - Mise à jour le 03/10/2020 à 11:38
Lecture 2 minutes

Au palais de justice, la première semaine d’audience du procès Sarah Nui 2 vient de s’achever. Ce vendredi matin, ce sont deux hommes présentés comme des banquiers ou des collecteurs d’argent pour le compte de Maitai Danielson qui étaient à la barre.

Les écoutes et témoignages compromettants s’accumulent depuis le début de la semaine contre Maitai Danielson. L’homme suspecté d’avoir été aux côtés de Tamatoa Alfonsi à la tête de ce vaste trafic international d’ice.

À la barre ce matin, des collecteurs d’argent dont Raihere Tetuanui. Cet homme dit avoir fait parvenir 2 millions de Fcfp à Maitai Danielson aux Etats-Unis après avoir subi des menaces de sa part.

« J’ai eu peur pour ma petite famille. Quand on t’envoie 5 gars, tu ne fais pas le poids. J’entendais qu’il ne fallait pas rigoler avec eux », témoigne l’homme, à la carrure pourtant imposante.

Il ajoute que Danielson lui aurait ensuite proposé d’être davantage impliqué dans le trafic : « Via Messenger, il m’a demandé si je ne voulais pas travailler dans la cour des grands. Je lui ai dit non. Je ne voulais pas de problème », raconte-t-il au tribunal.

C’est ensuite au tour de l’ex-champion de surf Heimata Carroll d’être entendu. Il est accusé d’avoir collecté plusieurs millions de Fcfp et d’avoir accueilli une mule à son arrivée à Tahiti pour le compte de Maitai Danielson, un ami d’enfance. Après son arrestation, ce dernier lui aurait également demandé de le disculper.

« Il m’a appelé pour que je le mette hors de cause, que c’était la faute de Tamatoa », explique-t-il aux juges.

« Vous avez peur de lui ? », lui demande dans la foulée le procureur. « Oui et non », répond l’ex-surfeur de haut niveau. Qui ajoute : « j’espère que ça ne cassera pas notre amitié. »

À chacune de ces prises de parole, Maitai Danielson ne bronche pas. Les montants évoqués sont bien inferieurs selon lui et résultent de dettes que les deux hommes lui devaient. « Il s’agit de 40 kilos d’ice et je n’ai rien à voir avec ça », martèle-t-il depuis le box comme au premier jour de l’enquête. Une ligne de défense qui semble pourtant chaque jour de moins en moins tenable.

infos coronavirus