A VOIR

|

Prison avec sursis pour la guide touristique patentée

Publié le

Ce mardi matin s'est tenu le procès d’une quinquagénaire poursuivie pour escroquerie. Elle commercialisait des séjours aux Etats-Unis à des prix défiants toute concurrence mais pour compenser les pertes, elle vendait d’autres séjours qui n’ont jamais été honorés.

Publié le 18/01/2022 à 17:42 - Mise à jour le 18/01/2022 à 17:42
Lecture 2 minutes

Ce mardi matin s'est tenu le procès d’une quinquagénaire poursuivie pour escroquerie. Elle commercialisait des séjours aux Etats-Unis à des prix défiants toute concurrence mais pour compenser les pertes, elle vendait d’autres séjours qui n’ont jamais été honorés.

La femme de 52 ans ne dispose d’aucune qualification pour exercer le métier de voyagiste ou de guide touristique. Avec une simple patente, elle a organisé plusieurs voyages en groupe aux Etats-Unis.

Pour près de 120 000 Fcfp, elle offrait le billet d’avion, les nuits d’hôtel à Los Angeles et Las Vegas ainsi qu’une place pour un concert de Céline Dion. La guide vendait même des dollars US au taux record de 50 Fcfp le dollar. Ces opérations à perte étaient comblées par de nouveaux clients qui eux, n’ont jamais pu décoller de Tahiti.

“Elle a cumulé les pertes et ne pouvait plus satisfaire [ndlr : ses clients] au bout d’un moment”, explique son avocat, Mr Smaïn Bennouar. “Mais sur une longue période de temps, sur plus de 2 années, toutes les personnes ont vu leur demande satisfaite. Et ça, ça ne se concilie pas avec une quelconque infraction. L’infraction se situant plus tard, lorsque l’enquête a débuté, et qu’elle ne pouvait plus travailler”.

Le préjudice des victimes est évalué à 38 millions de Fcfp. Sur les 91 citées dans la procédure, une grande partie ne s’est pas présentée ce matin, au grand dam de Mr Patrick Abgrall, l’avocat de 49 victimes : “souvent, les victimes ont laissé tomber purement et simplement pour passer à autre chose. Aujourd’hui, on était peut-être 60, entre les 49 personnes que je représente moi-même de mon côté et les autres qui se sont constitués individuellement parti civile à la barre. Mais il y a tous ceux qui ont laissé tomber, qui ne se manifesteront pas, et cela a l’avantage bien sûr de Madame Rere”.

La prévenue a été condamnée à 3 ans de prison avec sursis. Elle devra payer 50 000 Fcfp au titre de préjudice moral à chacune de ses victimes. Elle devra rembourser toutes les sommes payer par ses victimes. La décision a été assortie d’une exécution provisoire.