dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Municipales : une dizaine de recours et autant d’élections de maires délégués annulées

Publié le

Le tribunal administratif a rendu ses décisions pour une dizaine de recours concernant les élections municipales. Des maires délégués de Tahiti, Tahaa, Huahine ou encore Anaa devront laisser leur place...

Publié le 20/10/2020 à 11:34 - Mise à jour le 20/10/2020 à 11:34
Lecture < 1 min.

Le tribunal administratif a rendu ses décisions pour une dizaine de recours concernant les élections municipales. Des maires délégués de Tahiti, Tahaa, Huahine ou encore Anaa devront laisser leur place...

À Hitia’a O Te Ra, les maires délégués de Tiarei, Mahaena et Hitia’a devront être remplacés. Suite à un recours, le tribunal administratif explique qu’à l’issue des élections municipales du 28 juin dernier dans la commune, la liste « Tapura Huiraatira no Hitia’a O Te Ra », ayant pour tête de liste Henri Flohr, a obtenu plus de voix que la liste Tapura amui no Hitia’a O Te Ra, conduite par Dauphin Domingo. Mais, dans les sections de Hitia’a, de Mahaena et de Tiarei, c’est la liste conduite par Dauphin Domingo qui a obtenu le plus de suffrages. »

Le conseil municipal de Hita’a O Te Ra, a pourtant choisi des élus de la liste Tapura Huiraatira no Hitia’a O Te Ra pour maires délégués de ces communes. Leurs élections sont donc annulées…

Et le schéma est le même pour chacun des recours déposés : à Tehurui dans la commune de Tumaraa sur l’île de Raiatea, à Fitii et Parea sur l’île de Huahine, dans quatre communes associées de l’île de Tahaa (Tapuamu, Ruutia, Vaitoare et Iripau) mais aussi à Vairaatea (Nukutavake) et Marokau (Hikueru).

Dans certaines communes, plusieurs recours ont été déposés.

En tout ce sont plus d’une dizaine de maires délégués qui vont devoir être remplacés.

Les décisions du tribunal administratif :

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :