jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

Les SCI Delano ne veulent plus de Joinville Pomare à Miri

Publié le

Joinville Pomare était convoqué ce vendredi matin devant le juge des référés. Car les SCI Delano, propriétés de l’homme d’affaires Thierry Barbion, demandent l’expulsion du descendant de la famille royale qui construit en toute illégalité selon elles une résidence au sein du lotissement Miri à Punaauia. Un énième épisode dans ce long bras de fer où les deux parties revendiquent la propriété des terres...

Publié le 10/07/2020 à 16:08 - Mise à jour le 10/07/2020 à 16:11
Lecture 2 minutes

Joinville Pomare était convoqué ce vendredi matin devant le juge des référés. Car les SCI Delano, propriétés de l’homme d’affaires Thierry Barbion, demandent l’expulsion du descendant de la famille royale qui construit en toute illégalité selon elles une résidence au sein du lotissement Miri à Punaauia. Un énième épisode dans ce long bras de fer où les deux parties revendiquent la propriété des terres...

Depuis plusieurs mois, Joinville Pomare a installé ses quartiers sur une vaste parcelle viabilisée à Miri. Une terre où il a entamé la construction de sa « résidence royale », selon ses termes.

La « résidence royale » de Pomare à Miri. Crédit Tahiti Nui Télévision

La tête couronnée revendique depuis de longues années la propriété de ces parcelles qui font l’objet d’une âpre bataille judiciaire avec les SCI Delano qui les commercialise. Un litige qui n’a toujours pas été définitivement tranché par la justice.

Pour Joinville Pomare et son avocat, les choses sont pourtant claires. Rien, juridiquement, ne peut justifier son expulsion des lieux : « On ne peut pas aujourd’hui demander l’expulsion de monsieur Pomare sans d’abord justifier qu’on est bien propriétaire légitime, estime Me Me James Lau, avocat de Joinville Pomare. Je rappelle simplement que toutes les décisions rendues jusqu’à présent considèrent que les sociétés Delano n’ont pas de titre de propriété. Ils n’ont même pas prescrit, ce qui est quand même, grave et ils se permettent de vendre en sachant qu’ils n’ont pas de titre et qu’ils ne sont pas propriétaires. »

« Moi, ça fait 50 millions d’années que je suis là. Lui, ça fait deux jours« 

Joinville Pomare.

« Cette société, Barbion et TB Promotion, profitent du vide juridique, pour vendre toutes les terres, déclare Joinville Pomare. Elles demandent mon expulsion par rapport à un titre dans les nuages. Moi, ça fait 50 millions d’années que je suis là. Lui, ça fait deux jours. »

La partie adverse estime, elle, être dans son bon droit en exigeant le départ de l’intéressé, comme l’explique Me Marie Eftimie-Spitz, avocate des SCI Delano : « Depuis 1936 il y a des titres de propriété. Le bornage a été fait en 1947 par 6 agents pendant 6 jours. Tous les voisins étaient là. Il n’y avait déjà pas de doute à cette époque là. »

« Tout le monde a peur de monsieur Pomare« 

Me Marie Eftimie-Spitz, avocate des SCI Delano

Selon l’avocate, la présence de Joinville Pomare freine l’avancée des travaux du lotissement : « Les entreprises ont fuit, elles ont peur. Tout le monde a peur de monsieur Pomare. Personne ne l’approche parce qu’il est capable aussi de quelques violences donc tout le monde a peur. Il fait attention à ne frapper personne mais tout le monde a peur d’être frappé. »

Pour ce qui est de cette demande d’expulsion, le juge des référés rendra sa décision le 21 juillet. Quant au fond du dossier, il est toujours à l’étude devant la cour d’appel.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV