samedi 31 octobre 2020
A VOIR

|

Les SCI Delano ne veulent plus de Joinville Pomare à Miri

Publié le

Joinville Pomare était convoqué ce vendredi matin devant le juge des référés. Car les SCI Delano, propriétés de l’homme d’affaires Thierry Barbion, demandent l’expulsion du descendant de la famille royale qui construit en toute illégalité selon elles une résidence au sein du lotissement Miri à Punaauia. Un énième épisode dans ce long bras de fer où les deux parties revendiquent la propriété des terres...

Publié le 10/07/2020 à 16:08 - Mise à jour le 10/07/2020 à 16:11
Lecture 2 minutes

Joinville Pomare était convoqué ce vendredi matin devant le juge des référés. Car les SCI Delano, propriétés de l’homme d’affaires Thierry Barbion, demandent l’expulsion du descendant de la famille royale qui construit en toute illégalité selon elles une résidence au sein du lotissement Miri à Punaauia. Un énième épisode dans ce long bras de fer où les deux parties revendiquent la propriété des terres...

Depuis plusieurs mois, Joinville Pomare a installé ses quartiers sur une vaste parcelle viabilisée à Miri. Une terre où il a entamé la construction de sa « résidence royale », selon ses termes.

La « résidence royale » de Pomare à Miri. Crédit Tahiti Nui Télévision

La tête couronnée revendique depuis de longues années la propriété de ces parcelles qui font l’objet d’une âpre bataille judiciaire avec les SCI Delano qui les commercialise. Un litige qui n’a toujours pas été définitivement tranché par la justice.

Pour Joinville Pomare et son avocat, les choses sont pourtant claires. Rien, juridiquement, ne peut justifier son expulsion des lieux : « On ne peut pas aujourd’hui demander l’expulsion de monsieur Pomare sans d’abord justifier qu’on est bien propriétaire légitime, estime Me Me James Lau, avocat de Joinville Pomare. Je rappelle simplement que toutes les décisions rendues jusqu’à présent considèrent que les sociétés Delano n’ont pas de titre de propriété. Ils n’ont même pas prescrit, ce qui est quand même, grave et ils se permettent de vendre en sachant qu’ils n’ont pas de titre et qu’ils ne sont pas propriétaires. »

« Moi, ça fait 50 millions d’années que je suis là. Lui, ça fait deux jours« 

Joinville Pomare.

« Cette société, Barbion et TB Promotion, profitent du vide juridique, pour vendre toutes les terres, déclare Joinville Pomare. Elles demandent mon expulsion par rapport à un titre dans les nuages. Moi, ça fait 50 millions d’années que je suis là. Lui, ça fait deux jours. »

La partie adverse estime, elle, être dans son bon droit en exigeant le départ de l’intéressé, comme l’explique Me Marie Eftimie-Spitz, avocate des SCI Delano : « Depuis 1936 il y a des titres de propriété. Le bornage a été fait en 1947 par 6 agents pendant 6 jours. Tous les voisins étaient là. Il n’y avait déjà pas de doute à cette époque là. »

« Tout le monde a peur de monsieur Pomare« 

Me Marie Eftimie-Spitz, avocate des SCI Delano

Selon l’avocate, la présence de Joinville Pomare freine l’avancée des travaux du lotissement : « Les entreprises ont fuit, elles ont peur. Tout le monde a peur de monsieur Pomare. Personne ne l’approche parce qu’il est capable aussi de quelques violences donc tout le monde a peur. Il fait attention à ne frapper personne mais tout le monde a peur d’être frappé. »

Pour ce qui est de cette demande d’expulsion, le juge des référés rendra sa décision le 21 juillet. Quant au fond du dossier, il est toujours à l’étude devant la cour d’appel.

infos coronavirus

Toussaint 2020 : les cimetières sous surveillance

Pour ne pas que les cimetières deviennent les prochains foyers de l’épidémie, ils seront placés sous surveillance. Pour la célébration de la Toussaint ce week-end, le port du masque et le respect des gestes barrières sont demandés à toutes les familles.

À partir du 2 novembre, tous les cours se feront à distance à l’UPF

En raison de la crise sanitaire liée à Tahiti et du nombre croissant de cas positifs à l’UPF, de nouvelles dispositions relatives aux enseignements sont mises en place à partir de lundi 2 novembre 2020.