jeudi 6 octobre 2022
A VOIR

|

Le rachat de la Dépêche de Tahiti bientôt confirmé

Publié le

Près de 4 mois après la publication de son dernier numéro suite à la liquidation de la société éditrice de La Dépêche de Tahiti, le quotidien pourrait renaitre. En effet, le tribunal mixte de commerce à rendu sa décision, ce mardi matin, sur les repreneurs, indiquent nos confrères de Radio 1.

Publié le 30/08/2022 à 12:12 - Mise à jour le 01/09/2022 à 9:26
Lecture < 1 min.

Près de 4 mois après la publication de son dernier numéro suite à la liquidation de la société éditrice de La Dépêche de Tahiti, le quotidien pourrait renaitre. En effet, le tribunal mixte de commerce à rendu sa décision, ce mardi matin, sur les repreneurs, indiquent nos confrères de Radio 1.


Fin avril, la cour d’appel de Papeete prononçait la liquidation de La Dépêche de Tahiti, repris depuis 8 ans par Dominique Auroy. Un verdict “inévitable” selon Emmanuel Mitaranga, l’avocat des salariés qui avaient conduit à la demande de liquidation. “On sait que le style de gestion de La Dépêche était fait de manière à ce que les dettes, les créances, ne soient pas payées. C’est une entreprise qui ne payait pas ses impôts, qui ne payait plus ses anciens salariés, qui ne payait pas ses cotisations sociales” avait-il alors déclaré. Me Mitaranga estimait que le plus vieux quotidien du fenua avait longtemps été “protégé par l’État, le Pays, le ministère public…”.

L’avocat laissait entendre que l’arrêt du quotidien risquait d’être momentané et qu’il pourrait revivre grâce à des investisseurs voudraient rééditer le journal. Pour rappel, le liquidateur judiciaire s’était rendu le 2 mai dernier dans les locaux du quotidien pour signifier leur licenciement aux salariés. Tous étaient dans l’espoir qu’un repreneur se manifeste.

Parmi les trois offres de repreneurs présentées devant le tribunal mixte de commerce, c’est finalement deux qui ont été sélectionnées aujourd’hui indique Radio 1. Les trois magazines Tiki mag, Maisons du fenua et Fenua’Orama, seront rachetés par l’imprimerie STP-Multipress. C’est la SARL NAOS, spécialement créée par Patrice Colombani, qui reprendra le quotidien La Dépêche. Concernant la reprise des anciens salariés, aucune annonce officielle n’a pour le moment été faite, mais les ex journalistes entrevoient une lueur d’espoir avec ce rachat. Et également un soulagement : grâce au montant des rachats, ils pourront enfin percevoir une partie de leurs indemnités salariales.

Les montants des rachats demeurent confidentiels.

Si le repreneur dont l’offre n’a pas été retenue ne fait pas appel de cette décision, le rachat de La Dépêche et des trois magazines sera confirmé.

infos coronavirus