vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Le marché du bitumage de Tahiti confirmé pour la société Boyer

Publié le

La cour administrative d’appel de Paris a confirmé, ce mardi en métropole, l’attribution par le Pays à la société Boyer du marché du bitumage des routes de Tahiti. Un marché évalué à plus de 3 milliards de Fcfp.

Publié le 21/07/2020 à 15:31 - Mise à jour le 21/07/2020 à 15:31
Lecture < 1 min.

La cour administrative d’appel de Paris a confirmé, ce mardi en métropole, l’attribution par le Pays à la société Boyer du marché du bitumage des routes de Tahiti. Un marché évalué à plus de 3 milliards de Fcfp.

En 2017, le tribunal administratif de Papeete avait déjà débouté de leurs demandes les sociétés Interoute, JL Polynésie, Bernard Travaux Polynésie et Poly-goudronnage qui avaient été écartées de ce lucratif marché. Ces entreprises estimaient notamment que leur concurrent était « dépourvu d’expérience dans le secteur des enrobés bitumeux ». 

JL Polynésie avait fait appel de cette décision. Mais ce lundi, la cour administrative d’appel a confirmé l’attribution dudit marché à la société Boyer.

Dans son jugement, que TNTV s’est procuré, la juridiction considère que le groupement auquel JL Polynésie appartenait avait « proposé un bitume de classe 60/70 non conforme à la norme ». Un bitume doté « de moindres qualités mécaniques et moins adaptable aux spécificités du climat tropical » que celui de son concurrent.

La cour administrative d’appel estime donc que JL Polynésie « n’a pas été lésée par l’attribution du marché à la société Boyer » dans la mesure ou l’offre du groupement dont elle faisait partie « était irrégulière au regard du cahier des clauses techniques ».

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.