Le docteur Théron condamné à 6 mois de prison avec sursis

Publié le

Jean-Paul Théron a été condamné, ce mardi, à 6 mois de prison avec sursis pour violences sur personne chargée d’une mission de service public et outrage. Il devra verser des dommages et intérêts aux victimes, dont l’Ordre des médecins, partie civile au procès. L’intéressé réfléchit à un éventuel appel.

Publié le 10/10/2023 à 9:45 - Mise à jour le 10/10/2023 à 9:45

Jean-Paul Théron a été condamné, ce mardi, à 6 mois de prison avec sursis pour violences sur personne chargée d’une mission de service public et outrage. Il devra verser des dommages et intérêts aux victimes, dont l’Ordre des médecins, partie civile au procès. L’intéressé réfléchit à un éventuel appel.

De relaxe, il n’y en a pas eu. Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions du parquet en condamnant Taote Théron à 6 mois de prison avec sursis. Une peine assortie de dommages et intérêts à verser à trois victimes : une provision de 200 000 francs à un clerc d’huissier, 50 000 francs de dommages et intérêts à une gendarme, et 40 000 francs au Conseil de l’ordre des médecins.

« Je m’attendais à une relaxe, compte tenu du contexte. Mais je ne suis pas déçu car j’ai, ces dernières années, perdu confiance dans le système judiciaire français (…) Tout ça a été fait pour me nuire. J’étais particulièrement opposé aux règles qui étaient fixées par l’État et les ex-autorités du Pays. Je comprends. J’étais un médecin engagé qu’il fallait faire taire », a réagi Jean-Paul Théron une fois le délibéré rendu.

Le médecin réfléchit, avec ses avocats, à faire appel du jugement. « Je vais les laisser me conseiller. Personnellement, je trouve que la sanction est extrêmement lourde », a-t-il ajouté, en dénonçant les « mensonges » de la gendarme partie civile au procès : « J’ai failli laisser ma peau dans cette histoire, à Paea, lors de mon arrestation. Donc, je dirais que c’est deux poids deux mesures ».

« Je ne m’intéresse pas à l’Ordre des médecins »

Jean-Paul Théron

Jean-Paul Théron a précisé qu’il porterait plainte contre la militaire pour « faux témoignage et dénonciation mensongère » : « Je me réserve aussi le droit de rentrer sur le ring avec celui qui a été promu récemment, le procureur Leroy qui, de mon appréciation, a orchestré tout ça au nom de l’État ».

Interrogé sur le fait que le Conseil de l’Ordre des médecins se soit aussi constitué partie civile, Jean-Paul Théron a répondu : « je ne m’intéresse pas à l’Ordre des médecins. Il ne mérite pas mon attention. Je veillerai à ce que mes cotisations soient en règle lorsque je serai de nouveau autorisé à exercer (…) Pour l’instant, je suis toujours en interdiction d’exercice ».

Le médecin était accusé de s’en être pris, en septembre 2021, à un clerc d’huissier venu lui remettre, à son domicile, une convocation devant le Conseil de l’Ordre des médecins. Et d’avoir, deux jours plus tard, outragé une gendarme venue lui remettre une seconde convocation.

Dernières news