dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

La requête de Bernard Travaux Polynésie rejetée au tribunal

Publié le

Dans sa décision rendue ce lundi matin par le juge des référés au tribunal administratif, l'entreprise Bernard Travaux Polynésie (BTP) a vu sa requête rejetée. Elle devra également verser 500 000 Fcfp à la société Boyer.

Publié le 22/07/2019 à 14:33 - Mise à jour le 22/07/2019 à 14:34
Lecture < 1 min.

Dans sa décision rendue ce lundi matin par le juge des référés au tribunal administratif, l'entreprise Bernard Travaux Polynésie (BTP) a vu sa requête rejetée. Elle devra également verser 500 000 Fcfp à la société Boyer.

La société Bernard Travaux Polynésie avait saisi le 19 juillet le juge des référés du tribunal administratif. L’entreprise demandait, entre autres, l’annulation de la procédure de passation de marché du revêtement des routes de Moorea et Maiao pour lequel la société Boyer aurait les faveurs du Pays. Un marché de plusieurs centaines de millions de Fcfp. L’entreprise Bernard Travaux Polynésie avait estimé que son offre avait été injustement écarté.

Le juge des référés a rendu sa décision ce lundi et a rejeté la requête de Bernard Travaux Polynésie qui devra verser à Boyer la somme de 500 000 Fcfp au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative.

Télécharger l’ordonnance rendue ce jour par le juge des référés :

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :