samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

La demande de remise en liberté de Thierry Barbion rejetée

Publié le

Ce jeudi, la cour d'appel de Papeete a rendu son arrêt concernant la demande de remise en liberté de Thierry Barbion et Marc Ramel.

Publié le 25/06/2020 à 9:09 - Mise à jour le 25/06/2020 à 15:01
Lecture < 1 min.

Ce jeudi, la cour d'appel de Papeete a rendu son arrêt concernant la demande de remise en liberté de Thierry Barbion et Marc Ramel.

La cour a déclaré la demande recevable sur la forme mais mal fondée sur le fond et par conséquent a rejeté la demande de remise en liberté et ordonné le maintient en détention de Marc Ramel et Thierry Barbion.

Les avocats des deux hommes d’affaires avaient formé une demande de remise en liberté après leur pourvoit en cassation suite à leur condamnation par la cour d’appel dans l’affaire de corruption de mineur et proxénétisme impliquant Sabine Boiron. En septembre 2019 les deux hommes avaient été libérés en attendant leur procès en appel.

L’avocat de Thierry Barbion, Me François Quinquis a annoncé dès sa sortie de la salle d’audience qu’il se pourvoira en cassation pour contester l’arrêt rendu ce jeudi matin. Il estime que les conditions de la demande de remise en liberté sont les mêmes que celles qui ont conduit à la remise en liberté de Thierry Barbion et Marc Ramel en septembre dernier.

« Je vous informe que je forme un pourvoi en cassation à l’encontre de l’arrêt rendu aujourd’hui, a déclaré Me Quinquis aux médias. Cet arrêt me semble critiquable à plus d’un titre mais au moins sur le plan de la logique, du bon sens, puisque nous sommes rigoureusement revenus à l’état procédural d’avant la condamnation au fond. C’est-à-dire que la Cour d’appel, au mois de septembre dernier, avait estimé que la présomption d’innocence devait permettre à messieurs Ramel et Barbion de rester en liberté. Aujourd’hui, la présomption d’innocence a toujours vocation à s’appliquer tant que l’arrêt de mars dernier n’est pas devenu définitif, c’est-à-dire tant que la cour de cassation n’aura pas fait son office. »

REPORTAGESam Teinaore

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nucléaire : Nicole Sanquer demande un programme de recherche...

La députée de Polynésie Nicole Sanquer présente à partir de ce lundi à l’Assemblée nationale un amendement pour la création d’un programme prioritaire de recherche sur les anomalies génétiques qui pourraient avoir été provoquées par l’exposition à la radioactivité des essais nucléaires à Moruroa et Fagataufa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV