mardi 15 juin 2021
A VOIR

|

Justice : la chantier d’extraction d’agrégats à Tefaaiti reste bloqué

Publié le

Depuis quelques mois déjà, le chantier d'extraction d'agrégats de la vallée de Tefaaiti est bloqué. En cause : le portail permettant d'y accéder est cadenassé. Un vingtaine de propriétaires terriens se sont en effet plaints du non-respect des quotas et du périmètre d'extraction de la société EPC

Publié le 14/05/2021 à 11:33 - Mise à jour le 14/05/2021 à 11:45
Lecture < 1 min.

Depuis quelques mois déjà, le chantier d'extraction d'agrégats de la vallée de Tefaaiti est bloqué. En cause : le portail permettant d'y accéder est cadenassé. Un vingtaine de propriétaires terriens se sont en effet plaints du non-respect des quotas et du périmètre d'extraction de la société EPC

La semaine dernière, Bruno Faatoa, président de l’Association familiale « Edmond Raitua Tam Sin Vien », dénonçait les irrégularités du chantier d’extraction d’agrégats de la société EPC, dans la vallée de Tefaaiti. Selon lui et la vingtaine de propriétaires terriens qui bloquent l’accès au chantier, la société en charge des travaux aurait outrepassé les autorisations en termes de quota et de périmètre d’extraction.

Interviewé, le directeur de l’EPC, Philippe Choquet, avait dit attendre les conclusions de la justice après un dépôt de plainte contre Bruno Faatoa. Il avait notamment sollicité la convocation de ce dernier et d’une autre propriétaire devant le juge des référés afin d’ordonner la libération de la route d’accès. Autre requête de la part de la société plaignante à destination des convoqués : le versement de la somme de 500 000 Fcfp par jour de retard causé par le blocage de la route par un portail cadenassé.

Lire aussi – Vallée de Tefaaiti : un chantier d’extraction d’agrégats qui fait débat

Le juge des référés a rejeté ce lundi la demande de l’EPC. Par manque d’éléments, le juge n’a pas pu déterminer si oui ou non Bruno Faatoa et sa confrère étaient propriétaires dudit terrain sur lequel figure le portail cadenassé, seul préalable pour les condamner à le retirer sous astreinte.

Le chantier d’extraction d’agrégats reste donc toujours bloqué à ce jour.

infos coronavirus