lundi 27 septembre 2021
A VOIR

|

“Je ne l’ai pas tapée. Je lui ai juste mis des gifles”

Publié le

Un sans domicile fixe a été condamné, ce lundi en comparution immédiate, à une année de prison ferme pour avoir frappé sa compagne durant tout un week-end, les 16 et 17 janvier derniers. Des violences que cet homme de 38 ans, déjà connu pour des faits similaires, n’a pas reconnues, malgré la présence de plusieurs témoins.

Publié le 25/01/2021 à 17:26 - Mise à jour le 25/01/2021 à 17:26
Lecture < 1 min.

Un sans domicile fixe a été condamné, ce lundi en comparution immédiate, à une année de prison ferme pour avoir frappé sa compagne durant tout un week-end, les 16 et 17 janvier derniers. Des violences que cet homme de 38 ans, déjà connu pour des faits similaires, n’a pas reconnues, malgré la présence de plusieurs témoins.

“Il n’y a pas de violence, c’est juste des disputes entre moi et ma femme. Je ne l’ai pas tapée. Je lui ai juste mis des gifles”, s’est défendu à sa manière le trentenaire depuis son box, encadré par plusieurs gendarmes.

Pourtant 4 témoins ont assisté aux diverses scènes de violence qui ont ponctué le week-end du 16 janvier. Pour un obscur motif de jalousie et de surconsommation d’alcool, l’homme a molesté la mère de son jeune fils. D’abord au sein du foyer où elle réside, puis chez des amis chez lesquels elle s’était réfugiée.

Coups de pied, de poing et de tête. Elle s’en est tirée avec deux côtes cassées et dix jours d’incapacité de travail.

“Je lui ai toujours pardonné jusqu’à dimanche. J’ai vu ma vie défiler devant mes yeux. Il n’aura plus jamais l’occasion de me voir”, a témoigné la victime.

Son désormais ex-compagnon avait déjà été condamné en mai dernier pour avoir frappé un kinésithérapeute, puis pour l’avoir menacé de mort lors du procès. Il a donc écopé d’une nouvelle peine d’un an de prison ferme et a été écroué dès le rendu du jugement.

Rédigé par

infos coronavirus