samedi 27 novembre 2021
A VOIR

|

Ils piquaient dans la caisse de l’Association des Parents d’Élèves

Publié le

Au tribunal correctionnel mardi matin, trois individus ont été jugés pour abus de confiance et recel d’abus de confiance. Ils ont utilisé l’argent de la caisse de l'APE du collège de Mahina à des fins personnelles. Les sommes détournées s'élèvent à 2,1 millions de Fcfp.

Publié le 20/10/2021 à 10:10 - Mise à jour le 20/10/2021 à 10:10
Lecture < 1 min.

Au tribunal correctionnel mardi matin, trois individus ont été jugés pour abus de confiance et recel d’abus de confiance. Ils ont utilisé l’argent de la caisse de l'APE du collège de Mahina à des fins personnelles. Les sommes détournées s'élèvent à 2,1 millions de Fcfp.

Sur les trois personnes convoquées, seules deux se sont présentées mardi matin : l’ancienne présidente de l’APE du collège de Mahina et son ancien vice-président. Avec la trésorière, il leur est reproché d’avoir pris plus de 2 millions de Fcfp sur le compte de l’association des parents d’élèves du collège de Mahina.

L’ancienne présidente a pris 400 000 Fcfp pour financer l’achat d’un véhicule qu’elle disait utiliser pour les besoins de l’APE. Son ancien vice-président a pris quant à lui 1,5 million de Fcfp pour “les besoins du quotidien”, mais une partie de l’argent a servi à financer un hoverboard. La trésorière, elle, a bénéficié d’une machine à laver achetée par l’APE pour une valeur de 200 000 Fcfp. À la barre, ils ont expliqué qu’ils avaient l’intention de rembourser la somme “empruntée”.

Pour les avocats, il s’agit surtout d’une méconnaissance des règles : “on n’a pas forcément derrière des compétences comptables pour tenir la comptabilité de l’association, des compétences juridiques pour connaître les responsabilités que l’on prend et les risques que l’on prend lors de certaines activités”, estime Thierry Jacquet, avocat de l’ancienne présidente de l’APE. “Alors évidemment, parfois il peut y avoir des dérapages financiers ou des dérapages dans la prise de risques qui font qu’effectivement, il y a des gens qui se retrouvent exposés alors qu’au départ, ils rentraient dans une association de parents d’élèves animés de très bonnes intentions”.

Les trois individus ont été condamnés à des peines allant d’1 à 6 mois de prison avec sursis. Ils devront également rembourser l’intégralité des sommes détournées soit 2,1 millions de Fcfp.

infos coronavirus