jeudi 29 septembre 2022
A VOIR

|

Il risque la prison à vie pour avoir frappé et étranglé son ex-concubine

Publié le

Ce matin s’est ouvert le troisième procès de la session d’assises de ce mois de septembre. Le mis en examen, un homme de 27 ans, est accusé de tentative de meurtre sur son ancienne compagne et de menaces de mort à l'encontre du compagnon de cette dernière au moment des faits.

Publié le 12/09/2022 à 17:13 - Mise à jour le 13/09/2022 à 16:15
Lecture < 1 min.

Ce matin s’est ouvert le troisième procès de la session d’assises de ce mois de septembre. Le mis en examen, un homme de 27 ans, est accusé de tentative de meurtre sur son ancienne compagne et de menaces de mort à l'encontre du compagnon de cette dernière au moment des faits.

Deux chefs d’accusation pèsent sur l’homme de 27 ans, dont le premier jour de procès s’est déroulé ce lundi devant la cour d’assises : tentative de meurtre sur son ancienne compagne, et menace de mort à l’encontre du compagnon de cette dernière au moment des faits.

En 2019, après plusieurs années de relation houleuse, il avait surpris sa concubine d’alors au téléphone avec un autre homme, puis était entré par effraction chez elle, à Moorea. Il reconnaît l’avoir alors frappée et étranglée, mais sans avoir essayé de la tuer. La victime s’était réfugiée chez son voisin avant d’être transportée à l’hôpital.

Le jour des faits, l’homme avait également envoyé des messages menaçant le compagnon de son ex-conjointe de mort.

Depuis 3 ans, l’accusé est sous contrôle judiciaire. Il s’est dit conscient de la gravité de ses actes et regretter “tout ce [qu’il a] fait”, en pleurs.

Avocat des parties civiles, Me Christophe Rousseau-Wiart a pris la parole au nom de la victime : “Aujourd’hui, 3 ans après les faits, [l’accusé] comparaît libre, pour des faits très graves. Elle attend qu’une réponse de la justice arrive”.

L’avocat général a par ailleurs posé la question subsidiaire du caractère prémédité de la tentative de meurtre, qui ne changera cependant pas le quantum de la peine encoure.

L’avocat général a requis une peine d’emprisonnement de 12 années. Cette journée de débat s’est terminée par l’audition des experts psychologue et psychiatre. Le verdict est attendu dans la soirée.

infos coronavirus

Sommet des îles du Pacifique : suivez les directs de la Maison blancheVOIR LES DIRECTS
+