fbpx
mardi 25 février 2020
A VOIR

|

Habité par des “esprits”, il frappe son épouse

Publié le

Un homme de 37 a été condamné ce lundi en comparution immédiate à 18 mois de prison dont 6 avec sursis pour avoir porté de violents coups de poing et de pied à son épouse, la semaine dernière à Punaauia. Des violences qu’il a mises sur le compte des "mauvais esprits" qui viennent régulièrement lui rendre visite selon ses dires.

Publié le 20/01/2020 à 17:07 - Mise à jour le 21/01/2020 à 17:29
Lecture 2 minutes

Un homme de 37 a été condamné ce lundi en comparution immédiate à 18 mois de prison dont 6 avec sursis pour avoir porté de violents coups de poing et de pied à son épouse, la semaine dernière à Punaauia. Des violences qu’il a mises sur le compte des "mauvais esprits" qui viennent régulièrement lui rendre visite selon ses dires.

Le 14 janvier, vers 4 heures 30 du matin, le trentenaire, ancien militaire, a indiqué à sa femme qu’il se rendait au magasin et lui a demandé ce qu’elle désirait. Cette dernière a maugréé quelques mots qu’il n’a pas compris. Il s’est alors soudainement énervé et lui a porté de multiples coups. La faute selon lui aux mauvais esprits auxquels il doit régulièrement faire face.

“Quand j’ai frappé ma femme. J’étais là mais je n’étais pas là. Je voulais me battre seul contre les esprits. C’est pour cela que je me suis énervé”, a-t-il expliqué depuis le box des prévenus ce lundi.

L’homme avait été déployé en Côte d’Ivoire lorsqu’il était militaire de carrière. Un traumatisme selon lui. “J’ai vu beaucoup de chose. Le sang, les enfants déchiquetés. Psychologiquement c’était difficile”, a-t-il confié au tribunal tout en étant persuadé que ce passé délicat n’avait aucun lien avec le fait qu’il se sentait possédé.

“Je ne sais pas pourquoi je lui tape dessus. Je suis peut-être malade. Mais quand j’étais petit, j’étais toujours tabassé”, a-t-il ajouté.

Par le passé, l’homme s’en était déjà pris à son épouse et à leur fils. Sa femme a d’ailleurs décidé de quitter Tahiti après les violences de la semaine dernière et de rompre avec lui. Du moins jusqu’à ce qu’il se fasse soigner. Des soins, c’est justement ce qu’a prononcé le tribunal en plus de la peine de 18 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l’épreuve de 2 ans. Et le  trentenaire a reconnu en avoir besoin.

Pour ce qui est de la prison, il souhaitait y échapper. “Comment voulez-vous que je sorte de la violence si vous m’envoyez là-bas où il y a de la violence. Par contre, je vous demande de m’aider”, avait-il lancé aux magistrats avant qu’ils ne partent délibérer.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X