fbpx
jeudi 21 novembre 2019
A VOIR

|

Grève à l’Intercontinental Moorea : les 4 salariés mis en cause en garde à vue

Publié le

Ce mardi à 8 heures, les quatre employés de l’Intercontinental Moorea soupçonnés d’agression sexuelle envers une collègue ont été placés en garde à vue à la gendarmerie de Faa’a. Une garde à vue qui pourrait durer 48 heures. À l’issue, les quatre hommes pourraient être mis en examen ou sortir libres.

Publié le 24/09/2019 à 19:33 - Mise à jour le 25/09/2019 à 17:07
Lecture 2 minutes

Ce mardi à 8 heures, les quatre employés de l’Intercontinental Moorea soupçonnés d’agression sexuelle envers une collègue ont été placés en garde à vue à la gendarmerie de Faa’a. Une garde à vue qui pourrait durer 48 heures. À l’issue, les quatre hommes pourraient être mis en examen ou sortir libres.

C’est une nouvelle étape qui est franchie dans ce dossier. Le 23 août dernier, une employée de l’hôtel Intercontinental Moorea avait déposé plainte auprès de la gendarmerie pour harcèlement sexuel et viol. Elle a mis en cause quatre collègues employés en cuisine. La direction de l’hôtel a immédiatement appliqué les mesures imposées par le droit du travail, à savoir la protection d’un salarié victime de harcèlement sexuel. Les quatre salariés ont fait l’objet d’une mise à pied conservatoire. Une mesure jugée hâtive par le syndicat O oe To Oe Rima : en effet, aucune enquête ne permettait à ce moment-là de déterminer si les quatre salariés avaient commis une faute. Un préavis de grève général a été déposé le 29 août avec pour premier point de revendication, la réintégration des quatre salariés sanctionnés.

“On n’a pas d’éléments pour dire que ces personnes ont fauté”

Atonia Teriinohorai, secrétaire général d’O oe To oe Rima

Ce mardi matin, les quatre hommes ont été convoqués à la gendarmerie de Faa’a pour être interrogés sous le régime de la garde à vue. Le secrétaire général d’O oe To oe Rima était présent, mais n’a pas pu voir les quatre hommes avant leur audition. Hasard du calendrier, c’est aujourd’hui que la direction de l’Intercontinental Moorea devait rendre sa décision sur le devenir des quatre salariés : les réintégrer ou les licencier ?

“Aujourd’hui, on n’a pas d’éléments pour dire que ces personnes-là ont fauté. Tu ne peux pas accuser des salariés si tu n’as pas de preuves concrètes”, déclarait Atonia Teriinohorai, secrétaire général d’O oe To oe Rima.

Du côté de la direction régionale du groupe Intercontinental, la décision n’a pas encore été prise sur le devenir des quatre salariés mis en cause. Elle pourrait être prise demain, en fonction de la décision prise par la justice, de poursuivre ou non les mis en cause.

La grève pourrait se durcir

À ce jour, près de 90% des salariés de l’Intercontinental Moorea suivent le mouvement de grève. La majorité soutient les quatre salariés mis en cause. Le 17 septembre, le syndicat O Oe To oe Rima a accepté de retirer le premier point de revendication pour éviter de mettre la direction en irrégularité si les faits étaient avérés. Malgré cela, les négociations restent au point mort. La direction ne semble pas vouloir céder sur les autres points de revendication.

Pour Atonia Teriinohorai : “Les salariés sont déterminés. S’il faut aller jusqu’au bout, comme disait Bailey (Richard BAILEY PDG du groupe Intercontinental NDLR), s’il n’y a pas d’entente, il ferme l’hôtel. C’est pas notre but, à chaque fois, on nous prend en otage, on va fermer l’hôtel, on va fermer l’hôtel. Allez-y ! Fermez l’hôtel, mais il ne faut pas mettre ça sur notre dos”.

Mise à jour : Les 4 salariés de l’Intercontinental ont été licenciés mardi soir

REPORTAGESam Teinaore

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La COSAC veut différer les élections des représentants du...

La Confédération Syndicale des Agents Communaux, la COSAC, était ce matin devant les portes du Haut-commissariat. Elle demande à différer les élections des représentants du personnel communal dans les commissions administratives paritaires.

Coupe de Tahiti de judo : les résultats

La Fédération Polynésienne de judo organisait le samedi 16 novembre au gymnase Babo Aitamai à Pirae (Salle omnisports de Fautaua), la coupe de Tahiti catégories Benjamins, Minimes, Cadets et Seniors.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

Suivez en direct TV et web le match qui oppose le Paraguay au Japon comptant pour la Coupe du monde Beachsoccer 2019VOIR LE LIVE
+
X