vendredi 17 septembre 2021
A VOIR

|

Diffamation : Irmine Tehei de nouveau relaxée en appel

Publié le

La présidente de l'Union des Femmes Francophones d'Océanie a une nouvelle fois été relaxée.

Publié le 18/02/2021 à 9:14 - Mise à jour le 18/02/2021 à 11:41
Lecture 2 minutes

La présidente de l'Union des Femmes Francophones d'Océanie a une nouvelle fois été relaxée.

En août dernier, Irmine Tehei, présidente de l’Union des Femmes Francophones d’Océanie, comparaissait devant le tribunal de Papeete pour diffamation envers les quatre ex-employés de l’hôtel InterContinental de Moorea, qui avaient été accusés de viol par une collègue, avant que l’affaire ne soit classée sans suite, en octobre 2019

Les propos concernés avaient été tenus lors d’une interview et à la suite de la grève lancée après les licenciements des mis en cause.

Le tribunal avait finalement relaxé Irmine Tehei et condamné les quatre hommes à lui verser des dommages et intérêts pour procédure abusive.

Ce jeudi, en appel, Irmine Tehei a une nouvelle fois été relaxée. La cour d’appel a estimé que les propos Irmine Tehei étaient “couverts par un excuse de bonne foi” mais aussi considéré que les 4 ex salariés avaient fait preuve de “légèreté en déposant plainte”. Ces derniers devront chacun lui verser 50 000 Fcfp au titre des frais de justice. L’avocat d’Irmine Tehei s’est félicité de cette décision. “Je suis extrêmement satisfait, déclare Me Hellec. C’est ce sur quoi on s’est battus depuis le début de cette histoire. La Cour a ni plus ni moins fait que confirmer l’analyse qui avait été retenue par le tribunal correctionnel en première instance à savoir que les propos qui étaient tenus par ma cliente étaient couverts par la bonne foi, eut égard à son engagement, à la nature même des propos.”

Le jugement a aussi des points positifs pour le conseil des 4 ex-salariés de l’Intercontinental, Me Cross : “Les accusations mensongères sont prises en compte par la justice et c’est ça qui est extrêmement grave. Venir couvrir ça par une excuse de bonne foi. Ça c’est le choix de la cour d’appel. Mes clients lorsqu’ils avaient été convoqués par le magistrat instructeur ils avaient été convoqués en tant que témoins assistés donc ça laisse sous entendre que, on peut avoir une décision qui pourrait être favorable à mes clients. Parce que, je le dis de toute façon, la vérité éclatera.”

Rédigé par

infos coronavirus